Economie
Publié il y a 1 mois - Mise à jour le 08.04.2023 - Marie Meunier - 3 min  - vu 503 fois

PAYS D'UZÈS Plus de 200 offres à pourvoir au forum de l'emploi, ce mercredi 12 avril

forum emploi uzès ccpu

Le forum de l'emploi d'Uzès est organisé par la CCPU, en partenariat avec Pôle Emploi, la Ville d'Uzès, la MLJ, la MJC, la Région et le Département. 

- photo Marie Meunier

Préparez vos CV. La 15e édition du forum de l'emploi d'Uzès se tiendra ce mercredi 12 avril, à l'Ombrière, de 9h à 13h. Environ 80 stands (entreprises, accompagnement à l'insertion professionnelle, formation...) devraient être ouverts aux visiteurs. 

Tous les secteurs d'activité et tous les types de contrats seront proposés. D'importantes entreprises du territoire viendront recruter, telles que Haribo, Carrefour, Ghezzi, Chevreul, Intermarché ou encore la Sedi. La semaine dernière, 50 stands étaient déjà réservés avec 200 offres à la clé. Les jeunes en quête d'un apprentissage seront servis puisque huit centres de formation et des entreprises cherchant ce type de contrats seront au forum. 

Le forum de l'emploi est organisé par la Communauté de communes du Pays d'Uzès, en partenariat avec Pôle Emploi, la ville d'Uzès, la Mission locale jeune (MLJ), la Maison des jeunes et de la culture (MJC), la région Occitanie et le département du Gard. La MLJ, Pôle Emploi et l'Espace entreprise emploi (EEE) ont d'ailleurs organisé en amont de l'évènement des ateliers de préparation à l'entretien d'embauche, afin que les candidats aient toutes leurs chances de trouver un emploi le jour J. 

Le nombre d'offres d'emploi a augmenté de 68 % en un an

Il faut savoir que sur le territoire du Pays d'Uzès, à la fin du 2e semestre 2022, on enregistrait 2 361 demandeurs d'emploi. Leur nombre a baissé de 2,6 % en un an. A contrario, le nombre d'offres d'emploi a augmenté considérablement de 68 % en un an : au total, 1 275 offres d'emploi ont été publiées en Pays d'Uzès ces douze derniers mois. "On a de moins en moins de demandeurs d'emploi et de plus en plus de gens qui cherchent des employés. C'est assez paradoxal", commente Jean-Luc Chapon, maire d'Uzès. Lisa Jankowski, responsable équipe à Pôle Emploi Nîmes Courbessac, rebondit : "Les entreprises viennent davantage vers nous pour qu'on les aide en termes de visibilité, d'attractivité."

Tous les secteurs font en plus face à des mutations sur le marché de l'emploi. Surtout depuis l'après-covid. "Il n'y a plus la même culture face au travail qu'avant. Si le recruteur ne s'adapte pas aux demandes des salariés, il va avoir du mal à trouver. (...) Il y a aussi des barrières au niveau des salaires, des conventions, qui bloquent dans certains métiers. On n'a pas de solution miracle donc il faut s'adapter dans les deux sens : on a rappelé la réalité aux jeunes, on n'est pas la Silicon Valley", tonne Frédéric Combernous, directeur de la MLJ Gard rhodanien-Uzège. 

Le centre hospitalier d'Uzès cherche 10 infirmières et 20 aides-soignantes

La région Occitanie tiendra d'ailleurs un stand d'informations pendant le forum sur les différentes aides qu'elle propose pour lever les freins à l'emploi (mobilité, garde d'enfant...), dans le cadre du Pacte pour l'embauche. "L'Uzège est un territoire attractif mais il y a des soucis de mobilité. Mais pour les jeunes d'Alès, de Bagnols-sur-Cèze, de Nîmes, Uzès c'est un peu loin", reconnaît Frédéric Combernous. 

Cette année, Jean-Luc Montagne, directeur du centre hospitalier d'Uzès, sera le parrain du forum de l'emploi. Et ce n'est pas un hasard. L'établissement qui emploie plus de 820 agents (répartis entre l'hôpital et les 10 Ehpad attenants) recrute activement des professionnels de santé. "On recherche depuis deux ans 10 infirmières et actuellement, on recrute 20 aides-soignantes également", chiffre Mathieu Blanc, directeur des ressources humaines au centre hospitalier uzétien. L'établissement rencontre des difficultés à remplir ses effectifs, alors il s'est lancé dans une campagne d'attractivité en se rendant plus visible, en communiquant davantage... D'où cette participation au forum de l'emploi. 

Des infirmières de plus en plus difficiles à capter

L'hôpital s'inscrit aussi dans une politique de fidélisation de ses professionnels : "On travaille sur des outils de qualité de vie au travail, sur les cycles en 12h, sur la semaine de quatre jours. On essaie d'être innovant avec des applications pour remplacer les personnels au pied levé", poursuit Mathieu Blanc. Le centre hospitalier chapeaute aussi du tutorat pour les jeunes, de la formation pour ses employés. 

Tout l'enjeu réside également dans la capacité à ancrer sur le territoire les élèves de l'IFMS d'Uzès (Institut de formations aux métiers de la santé), une fois diplômés. Pas évident car certains retournent dans leur région d'origine ou s'installent ailleurs. Le centre hospitalier fait aussi face à une autre difficulté : beaucoup d'infirmières partent du secteur public pour le privé ou pour le Département où elles occupent des fonctions sociales. Les salaires y sont plus hauts et elles y trouvent des rythmes de travail différents, avec des horaires fixes sans nuits. "Mais les salaires de l'hôpital sont bloqués par le Département, on ne peut pas leur donner plus", déplore Jean-Luc Chapon, qui est également président du conseil de surveillance de l'hôpital. Pour ces métiers en tension et en pénurie, Pôle Emploi mène un effort pour ramener des personnels vers le secteur en question. 

Forum de l'emploi d'Uzès, le mercredi 12 avril, de 9h à 13h, à l'Ombrière. Les candidats sont invités à venir avec plusieurs CV imprimés. 

Marie Meunier

Economie

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais