Publié il y a 1 an - Mise à jour le 12.05.2023 - Anthony Maurin - 4 min  - vu 1578 fois

GARONS Un nouveau groupe scolaire pour les Amoureux

La pose de la première pierre (Photo Anthony Maurin).

C'est à la ZAC des Amoureux que vient d'être posée la première pierre du groupe scolaire Francis-Soirat.

C'est à la ZAC de la carrière des Amoureux que se trouvera le nouveau groupe scolaire de Garons (Photo Anthony Maurin).

"Arrivé à Garons en 1964, accompagné de son épouse Bernadette, Francis Soirat fût directeur de l’école Jean Monnet jusqu’en 1989. Sa première classe comptait 18 élèves de CM1, 15 élèves de CM2 et 6 élèves en fin d’études (préparation au certificat d’études). Conseiller Municipal, animateur sportif, organisateur et directeur des colonies de vacances, il a su faire vivre à ses élèves, et les enfants dont il avait la charge pendant les temps de loisirs, son amour de connaître et d’être curieux, ainsi que le bonheur du partage simple et de la joie de vivre ensemble.C'est ce que l'on pouvait lira sur le bulletin municipal en mai 2017, quelques mois après son décès.

Photo atelier COMBAS Architectes

« Je ne pensais pas pouvoir venir », lâche Alain Dalmas qui a pu finalement assister à la pose de la première pierre d’un bâtiment qui marquera un nouveau secteur de sa ville. « Garons compte près de 5 500 habitants et les écoles existantes ne permettent plus d’accueillir correctement les équipes éducatives et les enfants. Ici, nous voulions comme première contrainte le bien-être des usagers et nous avons aussi eu une reconnaissance écologique pour la conception de l’école. ».

En effet les Bâtiments durables Occitanie viennent de donner une médaille d’argent au maître d'œuvre. La démarche BDO apporte un bénéfice durable au projet de construction et a pour objectif de faire en sorte qu’un projet durable soit aussi simple qu’un projet classique.

Le plan du groupe scolaire Francis Soirat à Garons (Photo Anthony Maurin).

Le maire poursuit : « Ce projet est ambitieux. Avant, il n’y avait que des vignes ici ! Il y a maintenant 350 logement collectifs et individuels et bientôt une école de 12 classes et un restaurant scolaire qui seront des atouts pour la commune et ses administrés. »

L'école sera lumineuse et écologique  • Photo atelier COMBAS Architectes

Le bâtiment va peu à peu sortir de terre pour être livré entre juin et août 2024 afin de procéder à la rentrée scolaire de septembre 2024. Et pour le nom… « Nous avons choisi de rendre hommage aux fonctions d’un personnage, Francis Soirat. Je le revois encore avec sa DS chargée d’enfants partir pour Vauvert… Il serait arrêté aujourd’hui ! Bernadette, son épouse, a aussi œuvré et ne sera pas oubliée car je vais proposer au conseil municipal qu’une salle porte son nom dans cette école. Le nouveau développement de notre commune se fera avec la réussite scolaire de nos enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants, j’en sais quelque chose ! Rendez-vous bientôt pour l’inauguration. »

Une perspective de l'école  • Photo atelier COMBAS Architectes

Représentant le Conseil départemental et Nîmes métropole, le maire de Marguerittes, Rémi Nicolas, enchaîne : « On n’a pas tous les jours la chance de poser la première pierre d’une école, pour moi c’est la première fois. En plus, ce bâtiment est exemplaire, cette démarche a plu à l’agglo et au Département, c’est dire à quel point il est exemplaire ! Il est important que notre territoire soit doté de tels équipements qui permettent de travailler en toute sérénité. »

Alain Dalmas, le maire de Garons (Photo Anthony Maurin).

Yoann Gillet, député RN du Gard, revient quant à lui sur le coût et le panache d’un pareil investissement : « Je salue l’effort de la municipalité qui a prévu ce projet de plus de sept millions d’euros. Les maires doivent faire de plus en plus de tâches du quotidien avec de moins en moins de moyens. Nous nous battons contre cela dans la délégation aux collectivités territoriales à l’Assemblée nationale. Il faut que les habitants se rendent compte que c’est dur de gérer une mairie. »

Alain Soirat et sa soeur, au micro (Photo Anthony Maurin).

Pour Alain Soirat, le fils de Francis : « Je suis un amateur d’histoires et j’ai été ému et touché quand Alain (Dalmas, NDLR) est venu me dire que cette école porterait le nom de mon père. C’est réservé aux grands ! Quand je me balade dans les rues je vois des noms que je connais, mes parents avaient à cœur de faire découvrir des choses aux enfants, de faire de la vraie éducation, de l’enseignement. »

La pose de la première pierre (Photo Anthony Maurin).

Le groupe scolaire sera donc composé d’une école maternelle de quatre classes, d’une école élémentaire de huit classes, d’un restaurant et d’une administration communes. En tout, on pourra y voir 360 enfants et 40 personnels. Les architectes se sont inspirés des grands mas agricoles du Languedoc en proposant un quadrilatère compact et bien pensé sur une parcelle d’un peu plus d’un hectare et avec 2 400 m2 de bâti.

Les travaux ont débuté (Photo Anthony Maurin).

La construction ? Elle sera en bois, en ouate de cellulose, en laine de roche, en béton ultra local fait de la terre et de galets pris sur le site, en pin Douglas du Gard et de la Drôme, en paille de riz, en mélèze… Il n’y aura pas moins de 58 arbres et 1 138 arbustes pour un massif planté de 2 840 m2.

Les cours de l’école auront des espaces verts en pleine terre et le chauffage se fera via de la géothermie profonde avec une pompe à chaleur nouvelle génération qui permettra à la fois de chauffer en hiver et de refroidir un peu en été. Si la médaille d’argent est déjà acquise pour le label conception BDO, les architectes espèrent décrocher le label or lors de la construction. Le coût au m2 de bâti est de 2 500 euros HT. Il aura fallu 12 mois d’études et 15 mois de chantier pour que ce nouveau groupe scolaire soir opérationnel… Un quasi record !

L'école en chiffres (Photo Anthony Maurin).

Anthony Maurin

Éducation

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio