Publié il y a 1 an - Mise à jour le 14.03.2023 - Abdel Samari - 2 min  - vu 3111 fois

ÉDITORIAL Canicross à Vauvert : l'état de choc et la sidération

Photo DR Fédération des Sports et Loisirs Canins (FSLC)

Donner du poison à des chiens à l'occasion d'une compétition qui fait la part belle au meilleur ami de l'homme, il faudrait se pincer pour y croire ! Et pourtant, c'est précisément ce qu'il s'est déroulé à Vauvert dimanche matin. Depuis, c'est la sidération. 

Une journée festive qui tourne au drame. C'est bien le résumé de ce cauchemar pour les organisateurs de la finale du championnat de France de canicross (course à pied en compagnie d'un chien), pour la ville de Vauvert et pour les propriétaires des animaux qui ont perdu leur chien. Depuis l'annonce de cette sordide histoire, les messages font part d'écœurement et de colère. La Fédération des Sports et Loisirs Canins (FSLC) est d'ailleurs en état de choc. Elle qui organise une centaine d'événements bon enfant partout en France n'a jamais connu une telle horreur et a décidé de porter plainte. En attendant, elle se retrouve à consoler des maîtres meurtris après avoir découvert l'empoisonnement de leur chien avec des boulettes de viande composées d'un produit chimique, destiné initialement à éradiquer des limaces, disséminées le long du parcours sportif. Pour la Fédération, le caractère criminel ne fait aucun doute. Cela semble être une évidence. Ces boulettes empoisonnées ne se sont pas trouvé à cet endroit tout seul. La procureure de Nîmes a décidé de co-saisir l’Office central de lutte contre l'environnement et la santé publique (OCLAESP) de Marseille, pour les investigations. Une enquête est ouverte pour "des sévices graves ou acte de cruauté envers un animal domestique, apprivoisé ou captif", aggravé par la circonstance de mort pour trois des quatre chiens. Ce délit fait encourir "une peine de 5 ans d’emprisonnement, 75 000 euros d’amende, outre des peines complémentaires d’interdiction de détention d’animal, notamment", comme l'explique la procureure. Reste la question sans réponse encore ce matin : mais pourquoi s'en prendre à des bêtes innocentes ? Si l'objectif était de dénoncer ces courses de chiens, il y avait certainement beaucoup mieux à faire. Est-ce la véritable raison ? Les prochains jours, et l'enquête des forces de gendarmerie devraient éclairer davantage. Malheureusement, elle ne ramènera pas Oslo, Palma, et Opale qui manqueront terriblement à leur propriétaire. 

Abdel Samari

Faits Divers

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio