Faits Divers
Publié il y a 10 mois - Mise à jour le 20.01.2022 - boris-de-la-cruz - 2 min  - vu 2991 fois

NÎMES Tentative de meurtre sur sa copine en novembre : il est libéré aujourd'hui

(Photo d'illustration : Anthony Maurin/ObjectifGard)

Un homme, âgé de 20 ans, est mis en examen pour une "tentative de meurtre en récidive" survenue à Nîmes fin novembre dernier. La victime est sa petite amie. Elle a alerté les policiers après une scène de violence à son domicile.

Le mis en cause est déjà connu de la justice car il a été condamné par la cour d'assises des mineurs de Nîmes pour le viol d'une joggeuse, à Vergèze en 2016. Il avait écopé de 5 ans de prison avec un suivi socio-judiciaire de 8 ans l'obligeant notamment à se soigner.

Depuis, il est mis en examen pour un dossier de "tentative de meurtre" sur sa petite amie, des faits survenus dans un appartement de Nîmes fin novembre dernier. Après quinze jours de détention, le mercredi 15 décembre, le mis en examen a fait une première demande de libération conditionnelle à la chambre de l'instruction de Nîmes. Une demande rejetée par la cour d'appel qui avait confirmé son placement en détention.

Mais la semaine dernière ce jeune majeur a été libéré par le juge d'instruction, après une confrontation avec son accusatrice, c'est à dire sa petite amie. Lui conteste les faits et a une autre version. Sa petite amie l'aurait blessé et brûlé avec une cigarette au niveau du genou.

Une confrontation devant le magistrat instructeur qui serait à l'origine de cette libération comme l'affirme maître Laurence Bourgeon, conseil du mis en examen. " Cette confrontation a été édifiante. Elle est très agressive, pardonnez moi l'expression mais c'est une petite peste, un petit monstre qui fait peur. En plus elle est menteuse et il y a trop d'incohérence dans ses propos. C'est pour cela que le magistrat instructeur a libéré mon client. De plus cette mineure se prostitue et vend des stupéfiants", accable maître Bourgeon. Car si son client s'est retrouvé détenu ce mercredi 19 janvier 2022, c'est que le parquet de Nîmes a fait immédiatement appel de cette décision de contrôle judiciaire décidé par le juge d'instruction.
À l'audience de la chambre de l'instruction hier, le représentant du parquet général maintient que la détention est nécessaire pour le mis en cause : " La décision de contrôle judiciaire est hors sol. Il s'agit de faits de nature criminelle qui datent d'il y a deux mois. Il a un passé de violence. Il a été condamné pour viol et il a un problème de drogue", enchaîne l'avocat général qui refuse un éventuel élargissement.
Dans son délibéré rendu ce jeudi 20 janvier, la cour d'appel a décidé de se positionner comme le juge d'instruction pour le placement sous contrôle judiciaire du jeune adulte qui reste mis en examen pour la "tentative de meurtre". Concrètement, il a pu sortir de la prison ce jeudi.
B.DLC 
Boris De la Cruz

Faits Divers

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais