Publié il y a 1 an - Mise à jour le 22.02.2023 - Corentin Migoule - 2 min  - vu 5780 fois

EN IMAGES Les meilleures pancartes de la manifestation alésienne sur la rocade

cortège

Le cortège était impressionnant de consistance sur l'avenue Olivier de Serres (rocade sud). (Photo C.M)

Après le 19 et le 31 janvier puis la manifestation du 7 février, le quatrième acte majeur de la mobilisation contre la réforme des retraites avait lieu ce samedi matin. À Alès, à l'appel de l'intersyndicale, plusieurs milliers de manifestants ont déambulé sur une rocade-sud habituellement gorgée d'automobilistes.     

Quatre jours après un léger essoufflement observé dans les rues du centre ville d'Alès, la mobilisation contre la réforme des retraites a retrouvé son second souffle ce samedi matin, à la faveur d'une manifestation délocalisée en rocade. "Après nous avoir assignés à résidence, Macron nous a assignés à résistance !", a embrayé Alain Martin, depuis le camion-sono de la CGT qui ouvrait le cortège au départ du quai du Mas d'Hours. 

Massif et compact, ce cortège bifurquait sur sa droite au niveau du giratoire de la 2x2 voies pour faire sienne l'avenue Olivier de Serres en occupant sur plusieurs hectomètres les deux voies habituellement réservées aux automobilistes. Puis un périlleux demi-tour faisait se diriger les manifestants vers le rond-point dit "du Pont du Gard", sous un soleil à son zénith qui réchauffait autant les corps que les cœurs. 

Après plus de deux heures de déambulation à grands renforts de slogans et de fumigènes, les premiers chiffres tombaient. 4 000 personnes sur le bitume alésien selon la police "après cinq comptages", plus de 10 000 pour les manifestants les plus optimistes. Un syndicaliste cévenol, habitué des luttes sociales et des comptages, a chiffré la mobilisation du jour à 5 000, avec "une marge d'erreur de 500". "Quand on aime on ne compte pas, donc on ne compte toujours pas, mais on est très nombreux", a conclu le cégétiste Alain Martin, tandis que deux retraites aux flambeaux sont déjà programmées (le 22 février et le 1er mars) au départ de la Bourse du travail dans le cadre du "marathon" qui se court contre la réforme.

cortège
Le cortège était impressionnant de consistance sur l'avenue Olivier de Serres (rocade sud). (Photo C.M)

kennedy
Une punchline quelque peu "borderline". Mais il y a prescription... (photo C.M)

prof
Face à la réforme, cette enseignante alésienne ne "battra pas en retraite". (Photo C.M)

RETRAITE
(Photo C.M)

borne
"Au royaume des cyclopes, les Bor(g)nes sont aveugles". (photo C.M)

jeunesse
La jeunesse était encore une fois au rendez-vous ce samedi matin. (Photo C.M)

retraite
Pour le financement des retraites, ces deux jeunes ont la solution. (photo C.M)

RETRAITE
Une vision imagée de ce que serait la réforme des retraites pour ce manifestant. (Photo C.M)

LUTTE
Une référence historique à une lutte d'antan pour cette manifestante. (photo C.M)

retraite
Jouer avec les mots, cette Alésienne le fait à merveille. (photo C.M)

manif
Le cortège mené par l'intersyndicale a fait le tour du rond-point du Pont du Gard. (photo C.M)

giratoire
Le rond-point de la 2x2 voies, jadis occupés le samedi par les gilets jaunes, était un spot idéal pour les photos. (photo C.M)

cortège
Le début du cortège alésien vu depuis le rond-point du Pont du Gard. (photo C.M)

La 2x2
La 2x2 voies était bloquée ce samedi matin à hauteur de Vézénobres. L'ancienne route de Nîmes s'est donc retrouvée gorgée d'automobilistes. (photo C.M)

Corentin Migoule

Alès-Cévennes

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio