Alès-Cévennes
Publié il y a 1 mois - Mise à jour le 05.10.2022 - corentin-migoule - 2 min  - vu 741 fois

L'IMAGE Les premières illuminations de Noël sont installées

Le plafond lumineux du Pont Neuf a été installé dans la nuit du 4 au 5 octobre. (Photo Corentin Migoule)

Dans la nuit du 4 au 5 octobre, les premières illuminations de Noël ont été installées à Alès, dont le fameux plafond lumineux du Pont Neuf. Mais ces dernières ne devraient pas être éclairées avant la Sainte-Barbe.

Attendue par certains, redoutée par d'autres, la période des fêtes de fin d'année est en approche. En témoigne l'installation des premières illuminations de Noël cette nuit à Alès par les agents de la SPIE, dont le fameux plafond lumineux du Pont Neuf qui fait toujours son petit effet une fois éclairé. Une anticipation revendiquée par la ville d'Alès qui a pris l'habitude de procéder ainsi. Car en cette période chargée en animations, lesquelles ont vocation à porter la candidature d'Alès Agglo au titre du label "Capitale française de la culture française", le temps des agents du service Festivités, également mobilisés sur ces installations, est compté.

D'autant que la "Porte des étoiles" a un statut à défendre, et ce sont plus de 200 motifs et 20 kilomètres de guirlandes lumineuses qui seront installés dans les semaines à venir. Mais en ces temps médiatiques où il est de bon ton de veiller à limiter la pollution lumineuse, et alors que plusieurs communes d'Alès Agglo ont pris l'engagement de tendre vers un usage raisonné de la lumière, les motifs et autres guirlandes ne devraient pas s'illuminer de sitôt. "On commencera pour la Sainte-Barbe (autrement dit début décembre, Ndlr)", commente Christophe Rivenq, premier adjoint de la ville d'Alès.

Le dernier nommé indique par ailleurs que les décorations seront ôtées "plus tôt que d'habitude", début janvier, avec une extinction des feux chaque soir aux alentours de 22h pendant le mois des fêtes. "Non seulement pour être vertueux, mais aussi pour générer des économies", justifie Christophe Rivenq, reconnaissant par ailleurs que le coût de fonctionnement de l'éclairage public de la capitale cévenole a déjà considérablement baissé depuis le passage au LED, pour s'établir à seulement "50 euros par jour".

Corentin Migoule

Corentin Migoule

Alès-Cévennes

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais