Bagnols-Uzès
Publié il y a 4 jours - Mise à jour le 23.11.2022 - Marie Meunier - 3 min  - vu 191 fois

FAIT DU SOIR Pour U.Z. Ukraine, la mobilisation continue et un nouveau convoi se prépare

convoi U.Z. Ukraine

Au départ du premier convoi vers la Pologne. 

- photo U.Z. Ukraine

Le 24 février, la Russie envahissait l'Ukraine. Cette date marque le début d'un conflit toujours en cours, qui a stupéfait et ému toute l'Europe et au-delà. En France, la solidarité s'est rapidement mise en place, mais neuf mois plus tard, cet élan s'essouffle tandis que l'hiver s'annonce rude pour les Ukrainiens qui subissent, en plus des bombardements, de nombreuses coupures de courant. Mais les bénévoles de U.Z. Ukraine ne lâchent rien.  

À peine quelques heures après le début de la guerre, Caroline Lillamand monte une opération de collecte qui prend vite de l'ampleur. La situation de ce pays et de sa population la touche profondément, elle qui a une amie ukrainienne. Le 7 mars 2022, elle crée l'association U.Z. Ukraine. Le 11 mars, elle part dans un premier convoi avec Domnine Reynert, une amie de longue date, qui devient secrétaire de l'association.

Caroline Lillamand Domnine Reynert U.Z. Ukraine
Caroline Lillamand, présidente de U.Z. Ukraine, et Domnine Reynert, la secrétaire de l'association.  • photo Marie Meunier

Toutes deux mettront deux jours pour acheminer leur camion - qu'on leur a prêté - rempli de 15 m3 de vivres, de médicaments et de vêtements, jusqu'au centre Caritas de Wrocław, en Pologne. "On a surnommé notre camion Ulysse car on se lançait dans une vraie épopée. C'était notre mascotte", se remémore Domnine. 

convoi U.Z. Ukraine
Au départ du premier convoi vers la Pologne.  • photo U.Z. Ukraine

Un local prêté par la mairie de Saint-Maximin

Un peu de légèreté est nécessaire dans ces moments. Sur place, le centre est très organisé et tous les effets sont dispatchés dans un immense hangar. Les denrées et les médicaments sont envoyés aux habitants. Les habits sont triés puis distribués aux Ukrainiens qui ont dû fuire leur logement, avec seulement un sac d'affaires sous le bras. Les deux Uzétiennes restent deux jours sur place et réceptionnent une famille à la gare de Varsovie : "Il y avait cinq femmes, les hommes étaient partis à la guerre. Il y avait aussi un petit garçon, totalement pris d'effroi. Il n'arrivait plus à parler et tremblait", relate Domnine, avec émotion. 

convoi U.Z. ukraine
Lors du déchargement du deuxième convoi en avril.  • photo U.Z. Ukraine

Les deux amies effectueront un 2e convoi en avril avec 20 m3 à bord cette fois. À chaque fois, elles stockent tous les dons qui affluent dans leur petit garage qui devient rapidement trop étriqué. Mais au printemps, la mairie de Saint-Maximin leur met à disposition un local. L'association crée une page et un groupe Facebook où chacun peut faire part de son initiative. Des municipalités, notamment Saint-Quentin-la-Poterie, Blauzac ou Pougnadoresse, organisent des collectes pour U.Z. Ukraine. L'association intègre la commission Ukraine de la CCPU (Communauté de communes Pays d'Uzès). La solidarité se structure.

Un nouveau convoi le 28 novembre

Deux autres convois partent grâce à l'aide logistique des clubs Rotary de Nîmes et iront jusqu'en Ukraine. Si on additionne les quatre voyages, ce sont 55 m3 de collecte du pays d'Uzès qui ont été transportés dans ce pays. Et ce n'est pas fini puisqu'un nouveau départ est prévu le 28 novembre, direction Lublin, à la frontière polonaise. Caroline sera à bord. 

Le binôme uzétien a fait son premier convoi jusqu'au centre Caritas en Pologne avec deux Beaucairois.  • photo U.Z. Ukraine

Malgré ce conflit qui dure, le noyau dur de U.Z. Ukraine ne lâche pas. "Il y a un essoufflement. Mais on persévère", assure la présidente. Et sa secrétaire de rebondir : "Quand on organise des collectes, les gens nous disent que les temps sont durs mais ils reviennent quand même avec un paquet de pâtes. On a toujours de généreux donateurs."

Pour cette dernière, "il n'y a pas à réfléchir face à la misère, il faut agir, il faut aider dans la mesure de ce qu'on peut faire." Avec Caroline, elles veulent continuer à mobiliser, à sensibiliser les habitants de l'Uzège au sort des Ukrainiens. Il est aussi possible de faire des dons par chèque (qui peuvent être en partie défiscalisés, NDLR) et permettent d'acheter certains produits spécifiques. U.Z. Ukraine en appelle aussi aux entreprises qui pourraient prêter un camion pour organiser des convois supplémentaires. 

Plus d'informations sur la page Facebook de U.Z. Ukraine en cliquant ici.

Marie Meunier

Bagnols-Uzès

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais