Publié il y a 16 jours - Mise à jour le 03.04.2024 - Thierry Allard - 3 min  - vu 707 fois

FAIT DU SOIR Quand les facteurs auscultent les routes

L'ingénieur d'affaires chez Geoptis Hugo Villet et le facteur Julien Hudrisier, aux Angles

- Photo : Thierry Allard

Durant trois mois, l’iconique fourgon jaune avec lequel le facteur Julien Hudrisier effectue sa tournée tous les jours aux Angles avait un petit quelque chose de différent : une caméra spéciale fixée sur son toit.

« La seule chose que j’avais à faire, c’était de fixer la caméra le matin avant de partir », explique le facteur qui, durant trois mois donc, a filmé la route sur sa tournée. Une tournée à laquelle il n’a « rien changé, même si certains jours je n’étais pas passé sur tel ou tel tronçon, je savais que le lendemain j’y passerai pour y livrer un courrier ou un colis », poursuit-il. « L’idée est de ne pas contraindre le facteur », résume Hugo Villet, ingénieur d’affaires chez Geoptis, filiale de la Poste qui propose ce service aux collectivités.

Ce service, c’est tout simplement de produire un audit de la voirie à la demande de la commune, en l’occurence Les Angles et ses 66 kilomètres d’asphalte. « La commune détermine là où on va filmer, puis les images prises au cours de la tournée sont anonymisées, elles nous sont envoyées, vidéocodées, image par image nos vidéocodeurs vont analyser les dégradations de la route, développe-t-il. Ensuite, nos ingénieurs routiers vont élaborer un plan de travaux sur trois ans en fonction du budget de la commune, que nous allons accompagner pendant les trois ans. »

Un audit rendu le plus complet possible par le fait que les facteurs passent partout. « On s’appuie sur la Poste, le premier logisticien de France », résume Hugo Villet, ce qui lui permet de dire que, la Poste compensant ses émissions carbone et ayant une très large flotte électrique, « l’audit est neutre en carbone. » Et le bureau de poste local est rémunéré pour la prestation.

La caméra est disposée sur le toit du véhicule de tournée du facteur • Photo : Thierry Allard

Pour Les Angles, les prises de vues sont désormais terminées, et la commune a accès à un plan interactif où ses routes sont classifiées en fonction de leur état, de vert à rouge, de quoi aider à prioriser les travaux. « Le but est de permettre aux communes de rationnaliser leur budget de voirie, qui peut représenter entre 9 et 12 % de leurs dépenses, explique Hugo Villet. Alors l’idée est aussi de travailler en préventif, dépenser un euro maintenant pour éviter d’en dépenser 15 dans trois ans. » L’analyse permet notamment de déceler les petites fissures qui, à la faveur de grosses pluies, formeront des trous.

Se diversifier face à la baisse du trafic du courrier

Pour Les Angles, « cet outil a de la pertinence pour nous aider à améliorer certains points », affirme le maire Paul Mely. Surtout, « le plus intéressant est cet inventaire qu’on peut incrémenter à chaque aménagement, pour avoir un état des lieux actualisé de nos routes », reprend-il. Le tout pour une somme « bien en-dessous des 10 000 euros pour Les Angles », précise Hugo Villet, un coût bas permis par l’utilisation de la tournée du facteur. Cette solution, proposée depuis 2017, trouve son public, et dans le Gard, outre Les Angles, Sommières, Vauvert ou encore Aigues-Mortes y ont eu recours.

Pour La Poste, il s’agit de poursuivre sa diversification. « Le trafic de courrier est en baisse continue, on est passé de 18 milliards de courriers en 2008 à environ 7 milliards en 2023, avec une projection à moins de 3 milliards en 2030 », pose Guillaume Mancera, de la communication du groupe La Poste. Alors La Poste profite de son maillage du territoire pour proposer des services, comme le portage de repas, les services à la personne, mais pas que : « je fais aussi du relevage de compteurs d’eau de Suez et de la Saur sur Les Angles, Villeneuve, Pujaut et Sauveterre », rajoute notre facteur. Alors « il arrive d’avoir des usagers qui me posent des questions, relate-il. Je leur explique, et ils voient que la Poste fait aussi autre chose aujourd’hui. »

Ne souriez pas, vous n’êtes pas filmé !

Une voiture qui filme toutes les rues, voilà qui peut inquiéter. « Les caméras filment tout, mais toutes les données personnelles, les véhicules et les personnes, sont floutées à l’aide d’un logiciel d’intelligence artificielle », affirme Hugo Villet. Le tout, évidemment, pour respecter le fameux RGPD, le Règlement général sur la protection des données.

Thierry Allard

Bagnols-Uzès

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio