Publié il y a 9 mois - Mise à jour le 12.07.2023 - Thierry Allard - 3 min  - vu 505 fois

NOS BELLES MAIRIES À Saze, la vie de château !

L'adjointe Jacqueline Touranche et le maire de Saze Yvan Bourelly

- Photo : Thierry Allard

Nous nous sommes tous déjà rendus en mairie pour rencontrer un élu, inscrire les enfants à l'école, ou déposer un permis de construire... Au-delà de leurs missions de service public, certains édifices présentent une architecture remarquable ou témoignent de l'histoire locale. Cet été, tous les mercredis, Objectif Gard vous fait découvrir les plus belles mairies du département. Aujourd’hui, cap sur Saze.

« Parfois, on m’appelle le châtelain », plaisante Yvan Bourelly, maire de Saze, 2 100 habitants à une dizaine de kilomètres d’Avignon. Il faut dire que la mairie du village est littéralement un château, qui date des XIIe et XVIIIe siècles, acquis par la municipalité en 2001, sous la houlette du maire de l’époque Georges Bel. Après de lourds travaux qui coûteront la bagatelle de 2,4 millions d’euros, heureusement largement subventionnés, la mairie y emménagera à l’automne 2012.

« On est passés de 150 à 1 500 mètres carrés ! », se rappelle l’adjointe Jacqueline Touranche, élue depuis 1983. L’ancienne mairie, tout à côté, était en effet devenue bien trop exiguë pour un village en fort développement. Alors la mairie, qui possédait déjà une aile du château dans laquelle une école a longtemps été installée, a sauté le pas au décès en 1999 de la propriétaire du reste de l’édifice qui n’était autre que… la grand-mère d’Yvan Bourelly.

La mairie de Saze est un véritable château • Photo : Thierry Allard

Aujourd’hui, son bureau se situe dans l’ancienne demeure familiale, dont il connaît les moindres recoins. Une histoire particulière ? « C’est le moins que l’on puisse dire, reconnaît-il. Je connais le château depuis toujours, mon père y travaillait, puis mes oncles, j’ai beaucoup de souvenirs ici. » En faisant le tour du propriétaire, Yvan Bourelly nous présente l’accueil de la mairie, dans une des parties les plus anciennes du château, « le séjour de mes grands-parents », puis, plus loin, leur chambre devenue un bureau.

Les nombreux greniers sont devenus la salle du conseil municipal, les bureaux des élus, une salle des commissions… Toutes avec plus de cachet les unes que les autres. « Il a fallu tout reprendre », précise-t-il en évoquant les longs travaux que la bâtisse a subi pour devenir le coeur du village. On y retrouve donc les services municipaux, des salles associatives, des salles de musique, de danse, mais aussi « la bibliothèque avec le plus fort taux de fréquentation du Grand Avignon », souligne avec fierté le maire. Et dans la vaste cour du château, de nombreux spectacles sont organisés, comme des expositions au rez-de-chaussée.

La médiathèque est hébergée au sein de la mairie • Photo : Thierry Allard

Et encore, il reste de la place : une aile au nord a été mise hors d’eau et hors d’air mais pas rénovée, laissant une possibilité d’extension. « Aujourd’hui nous n’en avons pas besoin », glisse le maire. L’ancienne cave viticole du château, désormais en ruines, n’a pas été restaurée non plus et témoigne de cette époque révolue où la bâtisse était avant tout une exploitation agricole. Le château et sa cave restent reliés par un passage souterrain, précise le maire sur le ton de la confidence.

Reste une question : la vie de château n’est-elle pas trop chère au quotidien ? « Nous avons tout équipé en pompes à chaleur et en LED, même si on ne peut pas dire que ça ne coûte rien, admet le maire. Et nous allons poser des panneaux photovoltaïques sur le groupe scolaire, et une partie en autoconsommation va être réinjectée sur la mairie. »

Devenu bien public, le château avait jusque-là toujours été privé, en appartenant d’abord à la famille d’Uzès puis aux Baroncelli, entre autres, et aurait pu le rester, puisqu’un acheteur s’était positionné pour en faire un hôtel. Hors de question pour la mairie de l’époque, qui a dû « y aller un peu au forceps, mais après chacun a adhéré », rejoue Jacqueline Touranche.

La salle des mariages de la mairie de Saze • Photo : Thierry Allard

De quoi aujourd’hui avoir une des plus belles mairies de notre département, entre les voûtes et les plafonds à la française, mais aussi un édifice public entièrement accessible, puisqu’un ascenseur a été installé lors de la rénovation, à côté de la chapelle castrale du XIIe siècle érigée dans une des tours. En sortant, Yvan Bourelly s’attarde sur des traces qui restent au mur de l’accueil. Il s’agit des vestiges du poêle au fioul que ses grands-parents avaient installé dans ce qui était alors leur séjour. Elles aussi font partie de la riche histoire des lieux.

Thierry Allard

Bagnols-Uzès

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio