Publié il y a 1 an - Mise à jour le 07.04.2023 - Thierry Allard - 2 min  - vu 584 fois

SABRAN Une enseignante absente pas remplacée depuis trois semaines à l’école communale

Ce vendredi matin, devant l'école de Sabran

- Photo : Thierry Allard

La colère monte parmi les parents d’élèves et les élus de Sabran, près de Bagnols. Il faut dire qu’une enseignante de petite section de maternelle est en arrêt depuis trois semaines, et qu’aucun remplaçant ne se profile à l’horizon.

« Elle est en arrêt jusqu’au 19 avril, ce qui fera presque un mois et demi sans enseignant », tonne la maire de Sabran Sylvie Nicolle, présente ce vendredi matin avec les parents d’élèves et des élus de sa commune et de celle voisine de Verfeuil, dont la maire Chantal Pesenti, venue « par solidarité », pour dénoncer cette situation qui dure. Et si élus et parents d’élèves ont manifesté, c’est que pour l’heure « nous n’avons pas eu de réponse à nos sollicitations des services de l’Éducation nationale », affirme Sylvain Dalonis, délégué du conseil d’école.

Le parent d’élève dénonce carrément « un mur du silence », et le fait qu’il n’y a « pas de relation humaine » avec les services de l’Éducation nationale, la maire parle carrément d’« indifférence ». Alors que, pour les parents d’élèves et les élus, la situation ne peut pas durer. « Les enfants sont dispatchés dans les classes », pose Sylvie Nicolle, « tout le monde en pâtit, les élèves et les enseignants sont dans de moins bonnes conditions », reprend Sylvain Dalonis. Et ce alors que, rappelle la maire, l’année dernière « nous avons eu la même situation en septembre d’un enseignant de CE2 pendant près de trois semaines. »

Plus largement, Sylvie Nicolle craint désormais « une fuite vers le privé alors que nous avons quand même des infrastructures, du personnel, nous avons fait des investissements non négligeables. »

Ce vendredi matin, devant l'école de Sabran • Photo : JP

Du côté de la Direction des services départementaux de l’Éducation nationale du Gard (DSDEN), on indique que l’enseignante en question ne doit pas reprendre le travail le 19 avril, mais « ce mardi », ce qui donne une absence du 22 mars au 11 avril, soit trois semaines, donc. « On est conscients qu’il y a des difficultés », indique-t-on à la DSDEN. Le problème est que « nous avons des difficultés à recruter des contractuels sur ce secteur de Bagnols », poursuivent les services de l’Éducation nationale.

Un pôle de remplaçants est géré à Nîmes, mais dans ce cas, « soit aucun n’était disponible, soit aucun ne souhaitait venir. » Quant à la possibilité de « forcer » un enseignant contractuel à effectuer le remplacement à Sabran, « ce n’est pas la politique du ministère », nous dit-on. Donc tout le monde espère désormais un retour de l’enseignante ce mardi. Dans le cas contraire, « le DASEN regardera la situation avec la plus grande attention, on fera au mieux avec les capacités qu’on a. »

Thierry Allard

Bagnols-Uzès

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio