Publié il y a 1 an - Mise à jour le 07.06.2023 - Thierry Allard - 3 min  - vu 318 fois

SAINT-NAZAIRE La commune se protège contre les feux de forêts

Le maire de Saint-Nazaire Gérald Missour le sait, en août 2017, « on a eu beaucoup de chance, le village aurait pu y passer. » Ce jour-là, un important feu de forêt part de la N86, entre Saint-Nazaire et Saint-Alexandre, et fait de gros dégâts. Il faudra, pour une fois dans ces terres de mistral, un vent de Sud pour limiter la casse.

Car Saint-Nazaire, entre Bagnols et Pont-Saint-Esprit, est un village exposé aux feux de forêts, avec une langue boisée, parsemée d’habitations, au nord du village. De quoi, si ça tourne mal, provoquer de gros dégâts et exposer tout le village aux flammes. Alors Saint-Nazaire a pris le taureau par les cornes et fait partie des premières à expérimenter la mise en place d’un Plan communal de débroussaillement, avec l’association des Communes et collectivités forestières du Gard et le SDIS.

L’idée est « d’arriver à faire un état des lieux des zones à risques, diagnostiquer les accès, les bâtiments, le nombre d’habitations qu’il faut mettre en sécurité », présente Cédric Clemente, président de l’association des Communes et collectivités forestières du Gard et maire de Lirac. Une fois ce plan élaboré, charge à la commune de faire ce qu’il faut, à savoir débroussailler. C’est, du reste, une obligation légale pour le public comme le privé, les fameuses OLD.

Ce qui est ressorti de ce diagnostic, c’est que le quartier du Valaurie, en pleine forêt, était vulnérable, notamment à cause de ses accès restreints. Alors tout a été dégagé sur deux mètres de chaque côté du chemin, pour que les camions de pompiers puissent se croiser. Et la forêt a été éclaircie sur 20 mètres autour des chemins communaux, 25 mètres autour de la borne incendie, que la mairie réfléchit à accompagner d’une citerne de 30 mettes cubes.

« Pas massacrer la forêt mais la soigner »

« 5 hectares ont été éclaircis en tout, soit 40 % des arbres pour réduire la biomasse et avoir un feu moins virulent », précise Cédric Clemente. Quant aux arbres préservés, ils ont été élagués à 2 mètres de haut. En tout, 1 000 tonnes de branches ont été valorisées. Pour préserver la forêt, il faut donc couper des arbres… « C’est contre-intuitif, reconnaît le lieutenant-colonel du SDIS du Gard Éric Guiboud-Ribaud. Il nous faut arriver à faire de la pédagogie. Je rappelle qu’à la sortie de la guerre, la forêt représentait 25 % du territoire du Gard, aujourd’hui c’est 50 %, car nos anciens entretenaient la forêt et consommaient le bois. Il nous faut trouver quelque chose de raisonnable et pragmatique. »

« On met un cadre pour sauver la forêt », reprend Cédric Clemente, qui affirme par ailleurs que « des espèces ont disparu car le milieu s’est fermé, en le rouvrant on fait revenir des insectes. » Quant à la captation de CO2, « un arbre qui pousse en consomme nettement plus qu’un vieil arbre, et les arbres vont combler les espaces vacants », poursuit-il. En deux mots, « l’objectif n’est pas de massacrer la forêt, mais de la soigner », résume Éric Guiboud-Ribaud, qui rappelle que « un feu de 2 000 hectares est une catastrophe écologique. »

La mairie a investi 36 000 euros pour respecter ses OLD cette année, et mettra quasiment autant l’année prochaine (avec l’aide du Fonds vert de l’État) pour finir un travail fait « à 70 % », estime Cédric Clemente. « Nous avons fait des choix, en privilégiant les chemins qui desservent le plus d’habitations », avance l’adjoint au maire de Saint-Nazaire Didier Aznar. « C’est un choix politique », souligne le maire, qui estime que la commune doit montrer l’exemple. Désormais, aux habitants de faire de même, comme le rappelle la mairie dans divers courriers aux habitants concernés.

Car on ne le sait pas toujours, mais les propriétaires sont tenus de débroussailler 50 mètres autour de chez eux, même si c’est chez le voisin, sous peine d’amende. À leurs frais, ce qui représente parfois un sacré budget, pour lequel les Collectivités forestières voudraient l’instauration d’un crédit d’impôt. « Respecter les OLD, c’est avant tout se protéger soi-même et sa maison, martèle le lieutenant-colonel. C’est comme la ceinture en voiture : si vous ne la mettez pas, vous savez ce que vous risquez. »

Alors le but aujourd’hui est de faire passer le message le plus largement possible. À Lirac, les écoliers y sont sensibilisés, et des réunions publiques sont organisées un peu partout, pour instiller « une culture du risque dans la population », rajoute Cedric Clemente.

Et aussi :

Le SDIS a répertorié 1 743 départs de feux en 2022 dans le Gard, dont 114 feux de forêts. Parmi ces feux, trois ont été très importants : Bordezac, Aubais et Générac. Les pompiers estiment la part des feux dus à l’Homme, accidentels ou criminels, à 90 %.

Thierry Allard

Bagnols-Uzès

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio