Publié il y a 6 mois - Mise à jour le 08.10.2023  - 2 min  - vu 606 fois

VILLENEUVE-LÈS-AVIGNON Le festival Burkin’Arts revient contre vents et marées

L'équipe de bénévoles qui organise Burkin'Arts, et le directeur du centre culturel et social Pierre-Guillaume Chertier

- Photo : Thierry Allard

Ça n’aura échappé à personne : le contexte géopolitique entre la France et le Burkina Faso s’est tendu ces derniers mois. Malgré tout, le festival Burkin’Arts, organisé par le centre culturel et social de Villeneuve et les Angles Totout’Arts, se tiendra bel et bien du 21 au 29 octobre.

C’est peu dire qu’elle a eu chaud, cette 8e édition d’un festival qui a pour but de faire connaître la création contemporaine burkinabée. Surtout avec la brève suspension des visas en septembre pour le Niger, le Mali et le Burkina Faso, qui concernait aussi les artistes, avant un retour à la normale. Reste que ce contexte particulier rejaillit tout de même sur les organisateurs, puisque « deux artistes ne pourront pas venir car ils n’ont pas pu obtenir de rendez-vous pour leur visa », annonce Christine Belsoeur, qui fait partie des chevilles ouvrières historiques du festival.

Ainsi, les deux artistes-peintres Bernardin Bationo et André Kané ne seront pas à Villeneuve et ses alentours pour le festival, « mais leurs toiles étaient en France », précise Christine Belsoeur. Elles seront donc exposées à Villeneuve, à la salle des conférences, à l’espace Tôtout’Arts et à la tour Philippe Le Bel. On y découvrira également les sculptures de Lazare Wangraoua, alias Lazart Récup, mais aussi les peintures d’Elvis-Aristide Bazongo, qui proposera aussi un stage de peinture pour adultes et enfants le 26 octobre. Deux photographes s’ajoutent à ce plateau : Siaka Zerbo et Boureima Regtoumida. S’ils ne seront pas présents à Villeneuve pour le festival, leurs photographies seront exposées à l’espace Tôtout’Arts.

Du cinéma, des échanges et de la musique

Un film sera également projeté au cinéma Utopia d’Avignon. Il s’agit de Sira, d’Apolline Traoré, prix du public à la Berlinale 2023. « C’est un film sur la lutte des populations contre le terrorisme au Sahel », précise Chistine Belsoeur. Même s’il s’agit d’une fiction, elle est on ne peut plus d’actualité, et la projection le lundi 23 octobre sera suivi d’un échange avec la salle.

Comme pour chaque édition, la musique aura une grande place dans le festival, avec un concert en ouverture et un autre en clôture. Ainsi, le Trio Komasi, entre rythmique cumbia et afrobeat, ouvrira le festival le 21 octobre dès 20h à l’YMCA de Villeneuve, et l’Afrogroove teinté de funk, de jazz et de blues de Niaramy le clora le 28 octobre à 20h30 au pôle Jean-Ferrat de Sauveterre.

Enfin, Un Burkin’Arts ne serait pas complet sans les traditionnels maquis, les repas africains. Il y en aura deux, sur réservation, les 24 et 27 octobre à 19 heures aux Angles. Puis, au lendemain du concert de Niaramy, un brunch avec les artistes fera office d’"after" du festival.

Plus d’informations et réservations au 04 90 90 91 79 et secretariat.totoutarts@gmail.com. Pour le concert de Niaramy, réservations auprès du Pôle culturel de Sauveterre au 04 66 33 20 12. Plus d’informations à venir sur le site de Tôtout’Arts.

Bagnols-Uzès

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio