Article réservé aux abonnés
Publié il y a 26 jours - Mise à jour le 18.06.2024 - Sabrina Ranvier - 6 min  - vu 1998 fois

FAIT DU JOUR Le Gard, champion olympique des fêtes votives

L’abrivado du Grau-du-Roi traverse le pont tournant.

- Yannick Pons

« Si je dis que je supprime la fête votive, je prends le premier train pour le bout du monde », éclate de rire Pierre Mauméjean, maire d’Aigues-Mortes. 299 fêtes votives ont été déclarées en préfecture du Gard pour cette année 2024, soit 52 de plus que l’an dernier. Cette année, le Gard propose même 57 fêtes votives de plus que son voisin héraultais. « Grâce à la fête votive, je triple un mois ordinaire », assure Pierre Caladou, propriétaire du restaurant le Galion à Aigues-Mortes. Alain Moya dit « Momo », propriétaire du Grand Café de Saint-Laurent-d’Aigouze emploie entre 5 et 8 personnes dans l’année. Pendant la fête, il grimpe à une quinzaine d’employés. Pour André Brundu, maire d’Aubord, ces fêtes sont incontournables, économiquement, socialement, culturellement mais elles sont menacées par la hausse des assurances autour des spectacles taurins.

Les fêtes votives sont-elles en danger ?

Pas moins de 180 fêtes votives vont être organisées cet été dans le Gard. Mais les passionnés estiment qu’une épée de Damoclès plane au-dessus de leur tête.

« Monsieur le maire ne souhaite pas répondre aux journalistes ». Attention sujet éruptif. La fête votive de Montmirat aurait dû se tenir le week-end du 15 juin. Mais, cette année, le comité des fêtes de ce village de 471 âmes n’a pas partagé d’affiche annonçant « un festival d’abrivado/bandido » ou autre « apéritif dansant prolongé ». Les manifestations organisées par ce comité sont annulées jusqu’en 2026. L’annonce est tombée par lettre recommandée le 8 février. "Nous avons le regret de vous informer qu'en raison des incidents survenus en 2023 et votre comportement lors de la réunion préparatoire..., nous avons pris la décision d'annuler vos manifestations prévues jusqu'en 2026 tant que la direction de ce comité des fêtes n'aura pas changé", écrit alors le maire. Il reproche notamment au comité des fêtes de ne pas avoir respecté l’arrêté d’heure de fermeture de débits de boissons. La vente de boisson aurait été arrêtée « sur demande de la gendarmerie ». « C’est vrai on a fait une erreur sur le dépassement d’arrêté », admet Thierry Joujoux, président du comité des fêtes. Il a tenté, en vain, de faire appel à des médiateurs extérieurs. Aujourd’hui, le comité …

Il vous reste 80% de l'article à lire.

Pour continuer à découvrir l'actualité d'Objectif Gard, abonnez-vous !

Votre abonnement papier et numérique
à partir de 69€ pour 1 an :

  • Votre magazine en version papier et numérique chaque quinzaine dans votre boite aux lettres et en ligne
  • Un accès illimité aux articles exclusifs sur objectifgard.com
Sabrina Ranvier

Gard

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio