Nîmes
Publié il y a 7 mois - Mise à jour le 05.07.2023 - Yannick Pons - 2 min  - vu 1229 fois

FESTIVAL DE NÎMES The Black Keys ont fait le job

Black keys arenes de Nimes (YP)

La batterie de Patrick Carney est campée  au centre. Dan Auerbach est à ses côtés à la guitare.

- Yannick Pons

Les américains ont fait le job en livrant une prestation impeccable, sans parvenir à retrouver le génie et l'énergie qui font la marque de l'album Brothers.

Black keys arenes de Nimes (YP)
La batterie de Patrick Carney est campée  au centre. Dan Auerbach est à ses côtés à la guitare. • Yannick Pons

The Black Keys (les notes noires en français), sont de retour en Europe et en France après de nombreuses années d'absence. Le "Dropout boogie tour" est ainsi passé par les arènes de Nîmes ce mardi 4 juillet après le Zénith de Paris au mois de juin.

Ils ont fait le job

La batterie de Patrick Carney est campée au bord la scène, au centre. Dan Auerbach est à ses côtés, à la guitare. "C'est dingue d'être ici", lance le chanteur. Yihaaahh ! I got mine, titre historique du groupe, ouvre le bal. Ça commence bien. La performance des gars de l’Ohio est axée sur l’album Brothers avec pas moins de six titres interprétés hier soir. Tighten up ou Howlin' for you tiennent la barraque. Et puis les choses sérieuses commencent avec Everlasting light. Solo guitare de Auerbach, ligne de basse fuyante et timbre de voix aigu mais… Sans ce riff, inéluctable qui bastonne. Où est passé ce titre incroyable, extraterrestre, apothéose de l’album Brothers ? Long gone ? Impeccable jusqu’ici mais un peu mou. Il manque ce petit quelque chose de rythmique.

Black keys arenes de Nimes (YP)
Dan Auerbach au chant et à la guitare. • Yannick Pons

Ensuite, Next girl, propre, mais next ? Ce serait presque passé inaperçu si derrière, les Américains étaient montés dans le rythme. Mais non. Pas de Too afraid to love you… On attend désormais Lonely boy pour s'enflammer parce que c'est quand même The Black Keys, à Nîmes ! Mais le bitume éphémère qui scelle le sol du monument romain ne sera pas inquiété ce soir. De temps en temps, un crowsurfer est porté par la foule jusque dans les bras d'un vigile. Après Wild Child et She’s long gone, magnifiques, le rappel enfin. Lonely boy fait se lever le public des tribunes, enfin ! Superbe performance. « Proper job, guyz ! ». Magnifique prestation même si le génie rythmique de Brothers, alchimie complexe, n'est pas au rendez-vous. Juste avant, les Texans de Spoon ont offert une prestation efficace autour de leurs vingt ans de carrière.

Spoon arenes de Nimes (YP)
les Texans de Spoon ont offert une prestation efficace autour de vingt ans de carrière • Yannick Pons

Yannick Pons

Nîmes

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio