Publié il y a 10 mois - Mise à jour le 09.07.2023 - Anthony Maurin - 1 min  - vu 1816 fois

NÎMES Avis défavorable pour l’institution d'une taxe de séjour communautaire

La Ville émet un avis défavorable à l’institution, par Nîmes métropole, d’une taxe de séjour intercommunale englobant le territoire de la ville de Nîmes.

Les 104 élus de Nîmes métropole étaient appelés, ce lundi, à se réunir en conseil communautaire
Les 104 élus de Nîmes métropole étaient appelés, ce lundi, à se réunir en conseil communautaire • (Photo : Coralie Mollaret)

Le tourisme, à Nîmes, est une question de survie. Entre la précarité environnante et l’histoire qui permet de contrebalancer la misère au soleil, le tourisme prend une part énorme dans la vie de la cité. Par délibération en date du 26 juin 2023, Nîmes métropole a décidé de mettre en place une taxe de séjour sur l’ensemble du territoire communautaire. 

La ville de Nîmes a institué la taxe de séjour sur le territoire communal depuis 1992. Elle reverse aujourd’hui la totalité du produit perçu l’année précédente à l’office de tourisme et des congrès en charge des missions d’accueil et de promotion du tourisme. La ville entend ainsi avoir une action directe sur cette compétence au travers de la convention de prestations intégrées signée annuellement avec l’office de tourisme.

Une loi relative à l’engagement dans la vie locale et à la proximité de l’action publique offre la possibilité aux communes érigées en station classée de tourisme ou en commune touristique de conserver la compétence et la perception de la fiscalité qui s’y rattache même si l’EPCI auxquels elles appartiennent décide d’instituer la taxe de séjour.

Aux vues de ce droit de priorité, la Ville veut donc conserver la taxe de séjour sur le territoire de la commune et s’oppose à son transfert à Nîmes métropole. La taxe de séjour rapporte environ 20 millions d'euros par an à la cité des Antonin.

Anthony Maurin

Nîmes

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio