Publié il y a 1 an - Mise à jour le 05.04.2023 - Marie Meunier - 2 min  - vu 385 fois

BAGNOLS/CÈZE Une nouvelle stratégie pour plus de sécurité et prévenir la délinquance

stratégie délinquance sécurité bagnols signature

La stratégie territoriale de sécurité et de prévention de la délinquance (STSPD) a été signée ce mardi. 

- photo Marie Meunier

Ce mardi, les officiels ont signé la stratégie territoriale de sécurité et de prévention de la délinquance (STSPD) du territoire de Bagnols-sur-Cèze. Cette stratégie se décline en cinq axes prioritaires et permet des actions coordonnées entre plusieurs acteurs : commune, services de l’État, Conseil départemental, ministères de la Justice et de l'Éducation nationale. 

"Il y a deux ans, on a commencé un travail sur le territoire qui a permis de faire un état des lieux et d'en tirer des constats", recontextualise Jean-Yves Chapelet, le maire de Bagnols-sur-Cèze. C'est de là que découle la STSPD, qui a été signée ce mardi par le maire mais aussi par Marie-Françoise Lecaillon, préfète du Gard, Cécile Gensac, procureure de la République de Nîmes, Jean-Pierre Sola, commissaire divisionnaire, directeur de la direction départementale de la sécurité publique du Gard, Philippe Maheu, directeur de la direction des services départementaux de l’Éducation nationale du Gard et par Françoise Laurent-Perrigot, présidente du Conseil départemental du Gard (absente au moment de la signature). 

La stratégie s'articule donc autour de cinq axes prioritaires : prévention auprès des jeunes exposés à la délinquance, lutte contre les addictions, lutte contre les dangers de la route, tranquillité publique et lutte contre les violences intrafamiliales. Au total, quinze fiches résultent de ces cinq axes et chacune est évaluée à la fin, selon les objectifs fixés. 

"On se demande si ce qu'on fait correspond aux attentes de la population"

L'idée du document signé ce mardi est de travailler, de se coordonner de la meilleure des façons pour répondre aux enjeux du territoire, qui peuvent évoluer d'année en année au gré des populations, des modes de vie qui changent, des nouvelles habitudes... Pour exemple, la fiche sur la délinquance routière "a été renforcée. Elle existait déjà mais était moins prégnante qu'aujourd'hui", affirme le maire. Ou encore la lutte contre les violences intrafamiliales : "Il y en a toujours eu. Mais le développement exponentiel date de ces derniers années", pointe la procureure de la République de Nîmes, Cécile Gensac. Elle ajoute : "La déclinaison de ces fiches permet de ramener à un territoire des problématiques déjà identifiées au niveau national et de les adapter aux particularités locales."

stratégie délinquance sécurité bagnols signature
La STSPD permet la mise en œuvre d’actions coordonnées entre différents acteurs : une commune, les services de l’État, le conseil départemental, le ministère de la Justice et l’Éducation nationale. • photo Marie Meunier

"À travers ce travail, on se demande si ce qu'on fait correspond aux attentes de la population, si nos moyens personnels et financiers sont utilisés à bon escient, s'il y a des façons de faire qu'il faut améliorer", développe Marie-Françoise Lecaillon. À Bagnols-sur-Cèze, "on est sur une stabilisation de l'évolution de la délinquance, avec des efforts de la police dans la lutte contre les stupéfiants. Mais la Ville a cette spécificité de se trouver dans le couloir rhodanien, traversé par de nombreux flux routiers, plus propices à la délinquance", resitue la préfète du Gard. 

Un territoire où "la délinquance est plutôt maîtrisée"

Toutefois, "on a la chance à Bagnols-sur-Cèze, d'être sur un territoire où la délinquance est plutôt maîtrisée, avec des niveaux de délinquance sur la voie publique qui restent relativement bas. (...) Les maîtres-mots ce sont l'information et le partenariat au quotidien avec l'ensemble des acteurs du territoire", complète Jean-Pierre Sola, directeur de la direction départementale de la sécurité publique du Gard. Grâce au nouveau moyen qu'est l'amende forfaitaire, les forces de l'ordre peuvent désormais verbaliser les consommateurs de stupéfiants et "ça, c'est un outil majeur pour déstabiliser les points de deal", atteste Jean-Pierre Sola. 

Une attention particulière est portée aussi sur l'évolution, sur la rénovation de la Ville et des quartiers, qui bénéficient de plusieurs dispositifs (Action coeur de Ville, OPAH-RU), mais également sur le champ scolaire, qui a été chamboulé pendant plusieurs mois par la crise sanitaire. 

Marie Meunier

Politique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio