Publié il y a 1 an - Mise à jour le 20.03.2023 - Coralie Mollaret - 2 min  - vu 893 fois

EXPRESSO L’université de Nîmes réfléchit à créer de nouveaux masters

Ce lundi, le président de l’université Benoît Roig signera avec le Gouvernement le "contrat d’établissement" de la faculté de Nîmes.

C’est après avoir assisté à la victoire de la France face au Pays de Galles pour le tournoi des Six nations que Benoît Roig, ex-rugbyman devenu président de la fac de Nîmes, va rencontrer Sylvie Retailleau, ministre de l’Enseignement supérieur. L’objet de cette rencontre : « La signature du contrat d’établissement qui définit le plan d’action jusqu’en 2026. Ces signatures se font par vague. Il y aura les établissements d'Occitanie et d'Auvergne-Rhône-Alpes. » 

Staps et psychologie 

À Nîmes, l’effort est porté sur « la vie étudiante, l’insertion dans le milieu professionnel, mais aussi la hausse de formation sur les masters en lien avec les besoins nos socioprofessionnels du territoire », poursuit Benoît Roig, attaché à créer du lien entre le territoire et l’université. Aujourd’hui, deux formations vont prochainement être développées à la faculté : un master en STAPS et un nouveau master en psychologie. Le leitmotiv étant de « permettre aux étudiants de trouver un boulot après leur formation ».

Avant la création du master, des "DU" (Diplôme universitaire) sont mis en place : « Ce sont des formations en deux ans qui permettent seulement d’apporter des compétences supplémentaires et non un diplôme. » La licence STAPS est jeune, créée en 2018 : « On attend qu’elle se stabilise. Nous avions choisi management du sport, animation sportive et activité physique adaptée. Il manque toutefois encore un maillon pour que notre cursus soit professionnalisant. »

La signature du contrat d’établissement « est un grand moment pour l’université », poursuit Benoît Roig. La participation de l’État à la faculté de Nîmes avoisine les 20 M€ : « Normalement, nous devrions avoir le double, mais pour des raisons historiques liées à la création de l’université, nous n’avons pas pu atteindre le ratio des 7 000 à 8 000€ par étudiant. » Doucement mais sûrement, la faculté de Nîmes se développe et s’impose comme acteur incontournable de l’enseignement supérieur.

Coralie Mollaret

Politique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio