Publié il y a 10 mois - Mise à jour le 05.09.2023 - Coralie Mollaret - 2 min  - vu 1665 fois

EXPRESSO Nîmes : la rénovation urbaine à l’heure des démolitions

Olivier Bonné, adjoint à la rénovation urbaine de la ville de Nîmes

Olivier Bonné, adjoint à la rénovation urbaine de la ville de Nîmes

- (Photo : Coralie Mollaret)

En parallèle des faits divers qui ont secoué Nîmes cet été, l’adjoint à la Rénovation urbaine Olivier Bonné mène à bien les chantiers. Son but : transformer la vie des habitants des quartiers en difficulté.

À Nîmes, l’été 2023 aura été marqué par des règlements de comptes sur fond de trafic de drogue dans plusieurs quartiers nîmois. Des quartiers comme Pissevin, Valdegour, Chemin-Bas et Mas-de-Mingue qui bénéficient du deuxième programme de renouvellement urbain. Le nouvel adjoint, Olivier Bonné, est en charge du dossier, en coopération avec les autres partenaires (Département, offices HLM). Le tout chapeauté par Nîmes métropole.

Après la mort du petit Fayed, 10 ans, victime collatérale d’un règlement de compte, le ministre Gérald Darmanin a annoncé étudier la possibilité de créer un commissariat à Pissevin. « Nous avons proposé un emplacement pour accueillir des agents de police nationaux et municipaux au rez-de-chaussée des tours Wagner », souligne Olivier Bonné. Cette proposition sera-t-elle retenue ? Selon nos sources, cet emplacement qui rendrait la police vulnérable aux jets de projectiles, n’a pas convaincu le ministère…

Destruction du grand Pollux et des tours du Crous

En attendant sa réponse, la ville de Nîmes poursuit d’autres chantiers. Si les travaux dans les immeubles occupés sont complexes (relire ici), les démolitions de tours, elles, semblent plus simples. « Nous venons de détruire le petit Pollux. Dans deux ou trois mois, nous allons attaquer le grand, poursuit l’édile. Les entreprises finalisent la préparation de l’immeuble pour commencer le grignotage. Les tractopelles détruiront cette barre en faisant passer les débris par les couloirs d’ascenseurs. »

À quelques mètres de là, les deux tours du Crous seront démolies à l’automne 2024 : « À la place, des immeubles privés seront construits avec la vente d’appartements pour favoriser la mixité sociale », poursuit l’adjoint nîmois. En face, sur l’ancien Carrefour près de l’avenue Kennedy, le promoteur GGL attend son permis de construire : « Il faut les délivrer vite, j’espère avant le 15 septembre. Sans quoi, les commerces de la galerie Wagner ne pourront déménager. » Un savant jeu de chaises musicales.

Solution trouvée pour l'îlot Braque 

À l’est de la ville, les habitants du Chemin-Bas bénéficieront de la rénovation du stade synthétique Pelatan pour 1,8 M€. Au Portal, le rachat des commerces se poursuit pour une démolition du Portal 3 et 2. Sur l’îlot Braque en lieu et place de l’ancienne maison médicale, la mairie s’était retrouvée confrontée à un problème administratif (relire ici). La municipalité souhaitait acquérir les anciens locaux pour y créer deux immeubles, construits par le promoteur STS Promotion.

Problème : Oxance, propriétaire des lieux, était dans l’incapacité de vendre ses anciens locaux, ne retrouvant pas les documents administratifs nécessaires. « Finalement la société a fait des attestations pour se mettre en conformité, indique l’adjoint nîmois, nous avons envoyé les documents à notre notaire. Tout est bon ».

Coralie Mollaret

Politique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio