Publié il y a 4 ans - Mise à jour le 20.02.2020 - thierry-allard - 2 min  - vu 587 fois

MUNICIPALES À Bagnols, "Convergences citoyennes" s’en prend au maire sur le dossier de la Pyramide

La Pyramide du centre culturel de Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Dans une lettre ouverte adressée au maire de Bagnols Jean-Yves Chapelet, la liste "Convergences citoyennes", conduite par Christian Roux, critique la gestion du dossier de la Pyramide du centre culturel.

Un bâtiment qui doit être détruit pour laisser la place à un nouveau centre culturel. « Encore et toujours, il semblerait aux yeux des Bagnolais que vous fassiez une confusion entre "information" et "concertation" », estime Christian Roux. L’actuel opposant et candidat rappelle ensuite que les travaux de la Pyramide sont inscrits au planning, ou encore que « le conseil municipal a validé en juin 2019 les demandes de subventions et pris connaissance à cette occasion du dossier du projet, datant de juin 2018. » Il rappelle par ailleurs que « l’appel public à la concurrence pour la démolition indique un commencement des travaux le 29 janvier 2020 et une reconstruction à partir de mai 2020. »

Ça, c’est pour le volet information, mais « coté concertation : rien », affirme Christian Roux, qui croit savoir que « bruissent des rumeurs. » « Aucune concertation, aucune présentation du projet aux bagnolais n’a eu lieu suite à l’étude de 2018, poursuit-il. De plus, les travaux envisagés dans ce lieu, labellisé en 2014 comme "Architecture contemporaine remarquable du XXe siècle", sont soumis à des autorisations préalables. »

S’il dit ne pas douter que les services de la mairie ont obtenu les autorisations nécessaires, Christian Roux s’étonne que « à quelques jours du démarrage des travaux, aucune demande de permis n’ait été déposée à ce jour ! Ni pour démolir, ni pour reconstruire ! Vous comptiez démolir sans permis ? Sans délai de recours aux tiers ? La commune est-elle dispensée des délais imposés à l’instruction des permis ? » Et le candidat de réclamer « un peu de transparence » sur un dossier qui fait son entrée dans la campagne électorale.

Th.A

Thierry Allard

Politique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio