Publié il y a 1 an - Mise à jour le 23.03.2023 - Corentin Migoule - 4 min  - vu 1192 fois

ALÈS Championnats de France : une pluie de médailles pour les combattants d'Alès MMA

Alès MMA

Les licenciés d'Alès MMA ont performé aux championnats de France.

- Alès MMA

Pour la première fois de sa jeune histoire, le club Alès MMA participait ce week-end aux championnats de France de Pancrace et soumission au Palais des sports de Paris. Pas moins de sept médailles, dont cinq en or, ont été glanées par les jeunes combattants alésiens.

Le 7 septembre 2020, Alès devenait la première ville du département à accueillir une cage de MMA. Importé par l’Alésien Gabriel Solignac au terme d’un périple de plusieurs années au Canada, le MMA, discipline qui associe lutte au corps à corps, coups de pied, de poing, de genou et de coude, rencontre depuis un succès prévisible. "Depuis l'éclosion de Cyril Gane dont les combats sont diffusés sur RMC Sport, c'est un truc de fou !", s'enthousiasme le fondateur d'Alès MMA, salle de sport basée au 33 avenue Vincent d'Indy, à Alès.

"En 2021, ça a commencé à exploser. Depuis l'an dernier, avec l'UFC Paris, premier évènement majeur de MMA en France, ça n'arrête pas", savoure Gabriel Solignac. Rebelote ces derniers jours après le combat de Cyril Gane à Las Vegas. "Sur la semaine suivante, j'ai eu une vingtaine d'appels de personnes qui voulaient s'inscrire en plein mois de mars alors que la saison est déjà bien entamée", assure le coach. 

Une extension à venir

Le succès est tel qu'un projet d'extension du local actuel est imminent, puisque le sous-sol du centre de santé voisin, inoccupé, va permettre à Alès MMA de doubler sa capacité d'accueil. Une nécessité absolue avant l'arrivée de la concurrence. "On ne sera pas les seuls longtemps. Mais ça ne me dérange pas que d'autres clubs débarquent, ça fait monter le niveau. Dans tous les cas, même avec d'autres salles on sera complet. Il y a beaucoup trop de monde qui veut pratiquer", promet celui qui en est à choisir ses licenciés. 

La notoriété grandissante de Gabriel Solignac tient aussi à une expertise acquise dans les meilleures salles de MMA de Toronto où il a vécu plusieurs années. "La difficulté d'un sport comme le MMA, c'est qu'il s'agit d'un sport multidimensionnel. Il faut être bon debout, au sol et en préhension", précise-t-il. Et, à en croire les performances récentes de plusieurs de ses compétiteurs, le dernier nommé est peut-être en train de faire d'Alès une terre de champions. Pour ses premiers championnats de France de Pancrace et de Soumission le week-end dernier au Palais des sports de Paris, le club alésien a brillé.

Alès MMA
Les licenciés d'Alès MMA ont performé aux championnats de France. • Alès MMA

Âgés de 7 à 23 ans, cinq combattants d'Alès MMA ont ramené au moins une médaille de leur séjour dans la capitale. Originaire de Saint-Julien-les-Rosiers, Kyllian Durandet est devenu champion de France dans les deux disciplines, son frère Lohan a été sacré en soumission, Lucenzo a connu le même sort dans une autre catégorie, Giovanni a été médaillé d'or en Pancrace et de bronze en soumission, tandis que Mario, le doyen de la bande, est rentré avec le statut de vice-champion de France en combat. 

Des athlètes qui, bien qu'encore amateurs, s'entraînent trois à six fois par semaine dans les entrailles d'Alès MMA. Certains d'entre eux savent déjà qu'ils veulent en faire leur "métier", à l'image de Kyllian, doté d'un fort potentiel qui n'a pas échappé à son coach. "À l'école, il a annoncé à tout le monde qu'il voulait devenir professionnel en MMA. Ses professeurs lui ont conseillé d'opter pour un Bac pro qui lui permettra de se dégager plus de temps pour s'entraîner. Il y a de grandes chances qu'on entende parler de lui à l'avenir", prévient Gabriel.

Et ce dernier d'étayer : "Avant les championnats de France, je l'avais envoyé sur une quinzaine de compétitions. À son poids, il n'a jamais perdu. Au niveau national, il est clairement au-dessus !" Ainsi, celui qui vient tout juste d'avoir 16 ans devrait être surclassé chez les adultes et pourrait bien effectuer son premier vrai combat au KO le 2 septembre prochain, à domicile (voir encadré).  

Le MMA moins dangereux que la boxe ?

Évidemment, comme tout autre sport de combat, le MMA n'est pas sans risque et les commotions cérébrales peuvent causer des dégâts. "À 7 ou 8 ans, c'est presque de la gym. Après 12 ans, ce n'est plus un jeu. On leur apprend des choses qui ne sont pas à reproduire le lendemain à l'école pour se faire mousser devant les copains", enclenche Gabriel Solignac, qui érige par ailleurs au rang de "valeurs fondamentales" les notions de "respect" et de "discipline" inhérentes à cette pratique. 

Mais en brandissant quelques chiffres, le coach alésien l'affirme : le risque de KO est moins élevé en MMA qu'en boxe anglaise. "Deux boxeurs qui ont douze rounds de deux minutes pour se départager n'ont pas d'autre alternative que de se taper dessus. En MMA, si je commence à prendre trop de coups, je peux attraper mon adversaire et l'amener au sol pour ne plus prendre de coups. D'ailleurs, la plupart des combats de MMA s'achève par une décision de l'arbitre", fait-il valoir en guise de conclusion.

Le premier gala de MMA d'Alès

Le 2 septembre prochain, un grand gala de MMA sera organisé à Alès, à la Halle des sports de Clavières. "Le premier d'Alès Agglomération", prévient Gabriel Solignac, aux manettes de l'évènement. "La convention a été signée. Il n'y aura que des combats amateurs", annonce-t-il. Un choix délibéré pour mettre en valeur les combattants du club alésien et ceux de la région Occitanie. "Dans un premier temps, le but est de développer ce sport chez nous."

Corentin Migoule

Sports Gard

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio