Actualités

CCI DE NÎMES : ÉRIC GIRAUDIER DEMANDE LA NOMINATION D’UNE COMMISSION PROVISOIRE

Jean-Marc Rouméas et Éric Giraudier, ici en 2012 (Photo d'archives : Stéphanie Marin / Objectif Gard)
Jean-Marc Rouméas et Eric Giraudier s'insurgent contre des "propos calomnieux" qu'auraient tenu Henry Douais concernant des fraudes lors des dernières élections de la CCI de Nîmes. Photo DR/S.Ma

On pensait que le dernier épisode du feuilleton des élections de la CCI de Nîmes s'était achevé après la victoire écrasante de la liste CGPME menée par Henry Douais, le 25 février dernier. C'était sans compter sur un système de fraudes reconnu par le Tribunal Administratif de Nîmes -- convoqué par Éric Giraudier, le candidat de la seconde liste -- qui a annulé ses élections le mardi 27 février. La cause : " [...] deux membres de la liste CGPME ainsi qu’un des soutiens de la tête de liste ont adressé aux électeurs, au début des opérations électorales, des courriels leur proposant de venir récupérer leurs enveloppes de vote afin de les acheminer vers la préfecture et de minimiser ainsi leur perte par les services de La Poste." Un dispositif qui selon Henry Douais aurait été mis en place par la liste de son opposant. Ce que dément fortement le Medef Gard en la personne de son Président Jean-Marc Rouméas : "Le jugement du Tribunal Administratif de Nîmes a annulé l’élection de la CCI de Nîmes en s’appuyant sur des pièces démontrant une fraude à grande échelle de la liste « CGPME Petites et Moyennes Entreprises » conduite par Henry Douais. La dimension industrielle de cette fraude est démontrée par la progression de 70 % de cette liste, dans la catégorie Industrie, proprement impossible dans des conditions de vote régulières. Aujourd’hui, une enquête préliminaire est ouverte par le Procureur de la République de Nîmes suite à plusieurs plaintes. Nous avons une grande confiance en la justice et sur la lumière que pourra apporter la procédure pénale quant aux modalités et aux organisateurs de la fraude."

Des propos, bien entendu, confirmés par Éric Giraudier qui rajoute : "Le Président éphémère et illégitime n’a aucune chance de voir la décision du Tribunal Administratif de Nîmes infirmé en appel, en effet, il a reconnu par écrit le recours au recueil, et à la collecte du matériel de vote [...] Certes il faudra voter une troisième fois, nous le regrettons, et la faute de ce nouveau vote incombe pleinement à ceux qui ont fait annuler l’élection de 2010 et qui ont triché en 2012. Ils portent la pleine et entière responsabilité du temps perdu pour les entreprises et de l’argent dépensé. [...] Compte tenu du jugement du Tribunal Administratif annulant les élections pour fraude, nous revenons à la situation antérieure. Nous demandons, de ce fait, la mise en place d’une commission provisoire désignée par le Monsieur le Préfet, car c’est la seule garantie de l’intégrité dans la gestion de la CCI jusqu’aux prochaines élections, et cette commission provisoire devient une nécessité impérieuse pour l’organisation de nouvelles élections qui soient parfaitement irréprochables."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité