ActualitésSports Gard

JEUDI SPORT Clément Moreno, une figure du trial freestyle

Ce nîmois de 24 ans pratique une discipline peu connue qui mêle trial et BMX.

Clément Moreno en pleine action devant le Corum à Montpellier (photo DR)

En France, Clément Moreno fait partie des précurseurs de la pratique du trial freestyle. Une discipline qui consiste à réaliser des figures dans la rue que ce nîmois de 24 ans cherche à faire émerger. 

C'est en enchaînant les figures sur la petite rampe installée devant le magasin Intersport de Nîmes, lors de son inauguration, que Clément Moreno nous a tapé dans l’œil. À l'image de son salto à 360 degrés réalisé quasiment sans élan. Ce nîmois de 24 ans y travaille depuis un an en tant que technicien à l'atelier cycles. Une vraie passion pour le vélo mais pas n'importe lequel. Le street trial, plus connu sous le nom de trial freestyle. Une discipline arrivée d'Angleterre en 2008 que le Gardois pratique depuis maintenant neuf ans. "J'ai fait partie de la première vague en France", explique Clément.

Le trial est un vélo connu, utilisé pour le franchissement d'obstacles. Rajoutez-y la capacité de pouvoir faire des figures comme au BMX et vous obtenez, le street trial. "C'est le sport le plus polyvalent et quelque chose de plus fun", assure le jeune homme. Son terrain de jeu n'est pas dans les bois mais dans la rue. "Les bancs, bornes, plans inclinés, grosses marches... Tout ce qui fait le mobilier urbain représente des spots potentiels", décrit ce freestyler. Il s'entraîne parfois aussi au skate park. Mais la "street" c'est vraiment le fondement de cette pratique : "La limite du sport, c'est sa propre imagination. La rue ouvre des possibilités à l'infini avec très peu de contraintes." Et quand on voit Clément à l'oeuvre, on sent bien qu'aucune figure ne semble impossible à réaliser.

Une discipline non reconnue

Un salto, facile ! (photo DR)

La seule contrainte pour le moment c'est que cette discipline n'est reconnue dans aucun pays. Aucune fédération n'existe. Malgré tout des compétitions non officielles sont organisées via les marques de trial comme TMS bikevision. Une dizaine ont eu lieu en France, là où la discipline intéresse le plus ainsi qu'en Angleterre. "En 2014, j'ai participé à une représentation avec les dix meilleurs français et j'ai terminé quatrième". Dans l'Hexagone, il fait partie des figures de son sport. Mais le discret Clément est plus à l'aise sur sa selle à répéter ses gammes plutôt qu'à entamer des démarches pour une reconnaissance administrative.

 
Il souhaite d'abord faire connaître le street trial au grand public. Pour cela, il a monté sa propre chaîne de vidéos sur Youtube désormais suivie par près de 7 000 abonnés. Le Gardois publie peu de vidéos, préférant "plutôt la qualité que de la quantité". Parmi ces exploits de Trial freestyle, on peut le voir déambuler dans la capitale au milieu des passants ébahis par les prouesses réalisées avec sa bicyclette. Une bicyclette de trial qui vaut au minimum 1 000 €. Mais pour Clément, le plaisir de s'évader et de liberté n'a pas de prix.

Corentin Corger

 

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité