Culture

UZÈS Au festival photo des Azimutés, l’humain avant tout

Lors de l'inauguration du festival photo des Azimutés, ce samedi matin à Uzès (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

La cinquième édition du festival photo des Azimutés d’Uzès s’est ouverte ce samedi, pour durer jusqu’au 24 août. On y retrouve 18 artistes de qualité, dont des grands noms, et une « photo humaniste », selon les termes de la présidente des Azimutés et coordinatrice du festival Gisèle Soltys.

Cet aspect humaniste fait office de colonne vertébrale du festival, à défaut de thème : « nous ne tenons pas vraiment à nous enfermer dans un thème », explique l’organisatrice, qui préfère la diversité des propositions. Pas de thème donc, mais plusieurs photographes voyageurs, comme l’invité d’honneur de cette édition Pierre de Vallombreuse. Un grand nom de la photo, qui va depuis des décennies à la rencontre des peuples autochtones dans le monde entier et qui vient présenter sa série La Vallée, qui retrace trente ans de la vie de l’ethnie Palawan, au Sud des Philippines. « C’est une vallée où je vais depuis 32 ans, j’y ai fait 22 voyages en passé quatre ans en tout avec eux », explique le photographe, dont le travail témoigne de l’évolution de la vie quotidienne des Palawan.

Au festival photo des Azimutés, à Uzès (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Une évolution pas forcément positive : « leur mode de vie commence à être menacé par la mondialisation, les promoteurs immobiliers ou encore l’agro-industrie », note l’organisatrice. Le photographe travaille actuellement avec les autorités locales pour sanctuariser la vallée. Bref, « il s’agit de photo humaniste, ce sont les valeurs que nous voulons défendre », poursuit Gisèle Soltys.

Au festival photo des Azimutés, à Uzès (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Outre Pierre de Vallombreuse, on retrouve d’autres grands noms de la photo, comme Philippe Dollo. Le photographe présente à l’espace d’Arts Visuels sa série American Wedding. Trois autres pointures de la photo, venant du Gard, participent aussi : Marie Moroni, installée à Flaux et lauréate de plusieurs prix, vient présenter une série sur les femmes rwandaises ; Gilles Nicolet, basé à Aigaliers, dont le travail a été publié dans Géo, vient présenter sa série Sixième Sud dans la cour de l’Hôtel des consuls ; et Thierry Vezon, basé à Tresques, vient présenter ses photos d’animaux et de nature, qui lui ont déjà valu la publication de plusieurs livres, à l’hôtel de ville.

Au festival photo des Azimutés, à Uzès (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Et l’humain n’est pas présent que dans les clichés, puisque le festival des Azimutés se fait un point d’honneur à organiser des moments privilégiés de rencontres entre les photographes et le public. « Nous proposons 25 temps forts de rencontre en tout, et chaque photographe participe », souligne Gisèle Soltys. On y retrouve un parcours d’expositions, des projections, des ateliers ou encore des conférences, le tout en accès libre et en participation tout aussi libre.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Plus d’informations et programme complet ici.

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité