Politique

MUNICIPALES 2020 À Alès, les Insoumis entrent dans la partie

De gauche à droite : Pascal Calis, André Borg, Denis Weulersse, Gérard de Negri, Alain Martin, Mireille Jullien et Michel Sala. Photo Tony Duret / Objectif Gard

À Alès, les conférences de presse des forces de Gauche se suivent et se ressemblent. Hier, les membres de la France Insoumise d’Alès ont appelé à la création d’un large rassemblement citoyen.

Jamais deux sans trois. Après les Socialistes et les Communistes, les Insoumis se lancent dans la campagne des Municipales avec l’envie de construire une dynamique citoyenne, plus précisément « une convergence citoyenne ». Si cette formule est effectivement nouvelle, l’idée de mettre le citoyen au centre de la campagne, quelques mois après la vague des Gilets jaunes, est sur toutes les bouches et d’autres mouvements s’en sont emparés depuis plusieurs mois. Les Insoumis alésiens ne seraient-ils pas en retard ? Gérard de Negri, l’un des membres alésiens de la France Insoumise, en convient volontiers et concède que « le timing va être ric-rac ». Il poursuit : «  Il est temps de montrer qu’on est là et qu’on existe. On est une force qui reste incontournable », avance-t-il avant de lancer un appel citoyen à la Coluche. Si en 1981 l’humoriste appelait « les fainéants, les crasseux, les drogués (…) » à voter pour lui, les Insoumis, eux, appellent « tous ceux qui ne se retrouvent pas dans les appareils politiques, les désabusés, les oubliés » à se retrouver dans une « fédération populaire ».

Mais comme tout cela a déjà été un peu dit par les Socialistes et les Communistes alésiens, on se dit que tout ce petit monde pourrait s’entendre. « Le rapprochement n’est pas interdit », n’exclut pas de Negri. À ses côtés, Michel Sala est plus réservé : « Si c’est pour faire une liste de Gauche avec le PS qui prônait encore plus l’austérité que Macron, ça non ! ». Et Mireille Jullien de faire la synthèse : « On veut un rassemblement de convergence. Je pense que des axes peuvent faire consensus ». Si l’on lit entre les lignes - et même s’il ne faut pas le dire puisque c’est de la politique à l’ancienne et que, paraît-il, les électeurs n’en veulent plus -, l’union des trois est donc plus qu’envisageable. Surtout si l’on s’en tient aux dernières déclarations de Gérard de Negri : « Nous espérons qu’il n’y aura qu’une seule liste à Gauche parce que la Droite est divisée. La ville d’Alès est gagnable ».

Tony Duret

Les Insoumis alésiens organisent une réunion publique le vendredi 18 octobre à la Maison du peuple à Tamaris (18h30). Le maire de Grabels (Hérault), René Rebol, sera présent.

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

2 réactions sur “MUNICIPALES 2020 À Alès, les Insoumis entrent dans la partie”

  1. La république c est nous !!!! En plus un ancien du PS qui rejoint la liste ??? On nous proposés que du réchauffé !!ALES a besoin de nouveautés et d une équipe porteuse de projet d avenir pour les jeunes..Notre société va mal ..il faut du changement de la solidarité et de la fraternité .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité