Faits Divers

GARD Le retraité violemment agressé à son domicile est décédé

L'entrée du village de Saint-Geniès-de-Malgoirès. (photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard).

Le retraité victime d'une agression d'une extrême violence à son domicile le dimanche 12 avril au matin, est décédé le week-end dernier à l'hôpital.

Le septuagénaire avait été frappé à coups de barre en acier par des hommes qui s'étaient introduits par effraction à son domicile. Son pronostic vital était engagé. Les individus s'en étaient également pris à son épouse qui a été plus légèrement blessée.

Les malfaiteurs avaient fouillé la maison située à Saint-Geniès-de-Malgoirès, à la recherche d'objets et de numéraires avant de prendre la fuite alors qu'une patrouille de gendarmerie arrivait sur les lieux. Plusieurs suspects avaient été arrêtés le dimanche après-midi à Nîmes et dans un autre département par la section de recherches de Nîmes.

Le mardi 14 avril, un jeune adulte et un mineur ont été mis en examen et écroués, pour ce vol avec violence et en bande organisée. Le mineur, âgé de 17 ans, est, selon nos informations, déjà connu de la justice et sous contrôle judiciaire pour un précédent vol avec violence alors qu'il avait 16 ans.

Etiquette

3 réactions sur “GARD Le retraité violemment agressé à son domicile est décédé”

  1. Bonjour,

    Je me rapproche de vous, car j ai une demande à vous faire.

    Vous serait-il possible de me transmettre l extrait de la publication de la naissance de ma petite fille.
    Elle est née le dimanche 12 avril 2020 a Nîmes.
    Elle s appelle Léna CHARLES.
    Si vous pouvez me l adresser par mail, cela me ferait très plaisir.
    Je vous donne mon adresse mail
    catherine.sponem@wanadoo.fr

    Avec tous mes remerciements,

    Bien cordialement,
    Catherine SPONEM MARTIN
    15 rue Raoul Follereau
    30000 Nîmes

  2. Ben voyons, ils ont tué, le mineur est dehors !!! Quelle honte, quel irrespect pour les victimes, cette justice par l’excuse nous même tout droit dans le mur et à l’auto défense

  3. J’ai souvenir d’une plaidoirie, en 1998, d’une avocate qui pour défendre un meurtrier tentait de faire avaler aux jurés que le décès de la victime était dû à une infection nosocomiale après 2 mois d’hospitalisation dans le coma. La victime avait reçu une décharge de fusil de chasse en pleine tête à bout portant. Lui il a pris 15 ans mais il est sorti après 10 ans. Partant de ce fait il n’est pas impossible que la défense de ces immondes racailles utilise la même ficelle en prétextant que la mort de ce malheureux retraité n’est pas dû uniquement aux coups de barre de fer mais aussi au virus du coronavirus contracté à l’hôpital. Si on ajoute que l’un est mineur et qu’ils ont eu une enfance difficile etc….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité