Faits Divers

SAINT-AMBROIX Pour un conflit de 60€, il met le feu à un appartement

Cyrille Abbé a requis 2 ans de prison avec sursis. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Le 31 août dernier, Nicolas est quitté par sa compagne. Énervé et alcoolisé - puisqu’il a cherché du réconfort dans la boisson - il s’embrouille avec une connaissance croisée dans les rues de sa commune. Il revient quelques heures plus tard mettre le feu à son domicile…

Il est 3h30 du matin quand les pompiers interviennent pour circonscrire un incendie dans un appartement de Saint-Ambroix. Par chance, il ne fera aucune victime. Mais les habitants de l’immeuble, évacués par les secours et sous le choc, ont pour certains été incommodés par les fumées. Les enquêteurs découvrent rapidement que l’incendie est parti d’un appartement qui venait d’être cambriolé et que le feu a été mis délibérément au canapé avant de se propager de manière incontrôlée et inquiétante. L’auteur des faits n’est pas difficile à retrouver : quelques heures plus tôt, il avait menacé le locataire de l’appartement – absent au moment de l’incendie – de mettre le feu chez lui.

Le voleur pyromane, c’est Nicolas, un habitant de Saint-Ambroix âgé de 33 ans. Il comparaissait vendredi dernier devant le tribunal correctionnel d’Alès. À la barre, il reconnaît tout.  Il explique que ce jour-là il n’était pas bien, qu’il avait beaucoup bu, qu’il s’est embrouillé avec une connaissance pour une dette de drogue de 60€ et qu’il a fini par faire « n’importe quoi ». Certainement un peu trop léger pour la juge, Amandine Abegg, qui tente de le faire réagir : « Vous vous rendez compte que les voisins auraient pu ne pas se réveiller ou brûler dans ce feu d’appartement ? ».

Nicolas murmure des excuses. Parmi les parties civiles, la propriétaire de l’appartement incendié l’interpelle directement : « Est-ce que la mort de 4 ou 5 personnes, ça vaut 60€ ? ». Silence. Le procureur, Cyrille Abbé, enchaîne en parlant de comportement « inexcusable » avant de requérir 2 ans de prison avec sursis. Une peine suivie par le tribunal qui ajoute plus de 4 000€ de préjudices à verser au locataire de l’appartement qui a « vu partir sa vie en fumée », comme le résumera fort à propos son avocate Me Florence Mendez.

Tony Duret

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité