A la uneFaits Divers

NÎMES Il avait menacé de mort le directeur d’école : 6 mois de détention sous bracelet électronique

Me Marion Touzellier défendait l'accusé Driss. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Me Marion Touzellier défendait l'accusé Driss. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Le  vendredi 15 janvier, vers 16h30, le directeur de l’école Jean-Moulin, dans le quartier du Chemin-Bas-d’Avignon à Nîmes, était menacé de mort par un parent d’élève. Jugé ce mardi devant le tribunal correctionnel de Nîmes, ce dernier a été condamné à 18 mois de prison dont 12 avec sursis. La partie ferme de la peine a été aménagée. Elle se fera à son domicile, sous surveillance électronique.

« Je te tue. Ce qu'on a fait à Samuel Paty, c'est rien par rapport à ce que je vais te faire ». Voici les propos entendus par le directeur de l'école Jean-Moulin de la bouche de Driss, un Nîmois de 33 ans. Jugé devant le tribunal correctionnel de Nîmes pour « menace de mort », le père de famille dit s'être « senti humilié » quand le directeur a évoqué le comportement de son fils à la sortie de l'école, devant d'autres parents.

« Je me suis comporté comme une racaille », admet l’accusé

Son fils, âgé de 7 ans, rencontrerait des difficultés scolaires, mais surtout comportementales. Le jour des faits, par exemple, il aurait écrit sur le pull d'un camarade de classe et aurait mis des « mains aux fesses et à la poitrine de ses copines et de l'AVS (auxiliaire de vie scolaire, Ndlr) », dévoile le président de l'audience Jean-Michel Perez. « C'est quand le directeur m'a dit qu'il allait me coller les services sociaux que j'ai pété un plomb », reconnaît Driss depuis le box. Il poursuit : « J'avoue que j'ai très mal parlé. Je me suis comporté comme une racaille. Mais en aucun cas j'ai fait référence à Samuel Paty », tient-il à préciser.

18 mois de prison dont 8 avec sursis requis

Portant la voix du directeur de l'école, Me Émilie Vrignaud explique que ce dernier a été « terrorisé par les propos tenus ». Hasard du calendrier, il a repris le chemin de l’école le même jour que cette audience. Pour le procureur, Willy Lubin, « les menaces n’étaient pas des paroles en l’air. Son objectif était de faire peur et il a en partie réussi puisque les personnes présentes sur les lieux ont eu peur de témoigner et le directeur a été en congé maladie », regrette-t-il avant de requérir 18 mois de prison dont 8 avec sursis.

« On ne le reverra plus dans un box », plaide l’avocate

Pour la défense de Driss, Me Marion Touzellier estime que « la sortie de l’école n’était pas l’endroit requis pour s’exprimer sur des prétendus problèmes d’atteinte sexuelle d’un enfant de 7 ans ». Elle demande enfin un aménagement de peine pour son client, déjà condamné à quatre reprises, « que l’on ne verra plus dans un box », assure-t-elle.

Le tribunal l’a suivie en grande partie puisque Driss a été condamné à 18 mois de prison, dont 12 avec sursis, mais avec une surveillance électronique pour la partie ferme. À son retour chez lui, il ne devra plus se rendre près de l’école Jean-Moulin (son fils a changé d'école, Ndlr) et encore moins chercher à entrer en contact avec le directeur et les professeurs de l’établissement.

Tony Duret

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

1 commentaire sur “NÎMES Il avait menacé de mort le directeur d’école : 6 mois de détention sous bracelet électronique”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité