Faits Divers

ALÈS Trois caméras de vidéosurveillance détruites au fusil en trois semaines

Photo d'illustration. Photo DR

À chaque fois, il faut compter entre 3 000 euros et 5 000 euros de réparation. En trois semaines, trois caméras de vidéoprotection de la ville d'Alès ont été détruites, par des individus.

Le même scénario se reproduit systématiquement : un individu le visage dissimulé par une cagoule approche de la caméra située sur un mât avant de viser au fusil et tirer. Un mode opératoire qui est survenu une fois au quartier des Cévennes et deux fois à celui des Près-Saint-Jean. Les policiers enquêtent et pensent que les caméras gênent le trafic de stupéfiants. Les dealers craignent d'être repérés et identifiés, ils préfèrent donc détruire les caméras de la ville.

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité