A la uneFaits Divers

AU PALAIS Accusé de violences, il sort sa carte maîtresse : « Demandez à ma belle-mère… en même temps, elle a Alzheimer »

La salle d'audience du tribunal correctionnel de Nîmes. Photo Tony Duret / Objectif Gard
La salle d'audience du tribunal correctionnel de Nîmes. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Michel ne tenait pas en place dans le box des accusés du tribunal correctionnel de Nîmes où il était jugé, mardi dernier, en comparution immédiate.

Que son ex-femme ose le traiter d’alcoolique, alors que c’est elle qui lui a bu son flash de Vodka en cachette, voilà qui fait bondir Michel. « C’est elle l’alcoolique, c’est pas moi », trépigne-t-il depuis le box du tribunal nîmois. « Moi, j’ai arrêté l’alcool il y a dix ans. Sauf là, où c’était exceptionnel », explique le quinquagénaire.

Ce qui est beaucoup moins exceptionnel, en revanche, c’est le nombre de passages du prévenu devant un tribunal : il compte 29 mentions sur son casier. De quoi faire dire au procureur, Éric Maurel : « Avec le casier judiciaire qui est le sien, il ne peut rien se permettre ». Et certainement pas de frapper son ex-femme, qu’elle ait piqué ou non le flash de Vodka.

Merci !

Ce 5 avril, un peu après 2h du matin, Michel, qui a plus d’un gramme d’alcool dans le sang, donne plusieurs gifles à son ex. Celle-ci, paniquée, quitte le domicile et prévient la police. Quand les forces de l’ordre arrivent sur les lieux, le prévenu est dans le canapé et se met aussitôt à insulter un policier. « Eux, ils m’ont pété les côtes et moi j’ai pas porté plainte ! Comment j’me suis pété la côte alors ? Tout seul ? », accuse Michel.

Selon lui, celle qui pourrait le sortir de ce pétrin, qui pourrait rétablir son honneur, c’est sa belle-mère qui n’est malheureusement pas présente à l’audience : « Demandez-lui à ma belle-mère. En même temps elle a Alzheimer ». Pas de chance : le seul témoin de Michel souffre de troubles de la mémoire.

Pour autant, le tribunal ne va pas être aussi sévère que pouvait le craindre l’accusé. Le procureur entend ramener « cette affaire à sa juste mesure » et ne souhaite pas « mettre en péril tout ce qu’il a entrepris ». Depuis sa dernière sortie de prison, le quinquagénaire a en effet trouvé un travail dans les espaces verts ainsi qu’un logement. Un début de réinsertion encouragé par le ministère public qui requiert 4 mois de prison avec sursis. Le tribunal est encore plus clément : 2 mois de prison avec sursis et une amende de 200€ pour le préjudice moral du policier. Une décision qui fait un heureux : « Je vous remercie beaucoup. Franchement. Merci monsieur le procureur et le tribunal entier », repart gaiement Michel.

Tony Duret

Publicité
Publicité
Publicité

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité