A la uneGardPolitique

DÉPARTEMENTALES Dans le Gard, qui sont les candidats de l’union de la Gauche ?

Photo DR
Suite au redécoupage de 2013, le nombre de cantons dans le Gard passe de 46 à 23 où un binôme homme/femme est à désigner dans chacun de ces cantons

Info Objectif Gard. Un accord historique. À l’issue de plusieurs semaines de débat, les neuf partenaires de la Gauche sont tombés d’accord, en vue des élections Départementales de juin. 

L’envie d’union a été dévoilée, il y a un mois, devant la Maison Carrée. La sagesse des Romains a visiblement inspiré les neuf partenaires* de Gauche. Ces derniers ont trouvé un accord pour les élections Départementales des 20 et 27 juin. Leur stratégie répond à l’impératif de l’union pour conserver le Conseil départemental, historiquement à Gauche. Rappelons qu'en 2015, la Droite était à deux doigts de s’emparer de la collectivité.

L'accord prend effet sur 22 des 23 cantons du Gard, le territoire de Quissac étant sorti de cet accord. Chaque parti a longtemps débattu afin de se répartir les investitures. Le PS devrait présenter 17 candidats espérant avoir 16 élus (contre 14 actuellement dans le groupe départemental PS et apparentés). Le PCF aimerait en faire élire huit contre six actuellement. Les écologistes souhaiteraient muscler leur groupe avec quatre élus. Enfin la France insoumise aspire à faire élire deux candidats, un pour Génération.s et un pour le Parti radical de Gauche (PRG).

À Nîmes 

La ville de Nîmes se compose de quatre cantons. Sur Nîmes 1, la Gauche espère profiter de la division à Droite entre le président de l’UDI Thierry Procida (dont on ignore le nom de la binôme) et les adjoints Julien Plantier et Sophie Roulle. Pour ce faire, c’est la responsable de Génération.s, Marianne Bernède, qui partira au front accompagné d’un écologiste, soit le nouveau porte-parole EELV Bruno Vasa ou l'ex-candidat aux Législatives Benjamin Deceuninck. Le choix devrait être officiellement arrêté, mardi prochain, lors d'une élection interne à EELV.

Sur le canton de Nîmes 2, les élus sortants Christian Bastid (PCF) et Amal Couvreur (Société civile) se représentent naturellement. Reste à savoir qui sera la suppléante d’Amal Couvreur ? Celle qui pourrait être élue aux Régionales pourrait céder son fauteuil départemental. 

Sur Nîmes 3, les candidats investis sont l’enseignante écologiste Dominique Andrieu-Bonnet (ex-colistière de Daniel Richard aux municipales) et le responsable du PCF nîmois, Denis Lanoy. Ils tenteront de battre le conseiller départemental Les Républicains et nouveau sénateur, Laurent Burgoa. À moins qu'au dernier moment, le communiste nîmois et ex-candidat aux Municipales, Vincent Bouget, décide d’y aller ?

Sur Nîmes 4, l’ancien élu de la Ville de Nîmes, François Séguy, essaiera de récupérer le canton gagné en 2015 par la Droite avec la militante socialiste et ex-suppléante du député Christophe Cavard, Fatima El Hadi.  

À Alès

La deuxième ville du Gard se compose de trois cantons. Sur le canton d’Alès 1, les élus sortants sont réinvestis : il s’agit du communiste Jean-Michel Suau et de la maire EELV d’Anduze, Geneviève Blanc. Sur Alès 2, le maire de Saint-Martin-de-Valgalgues Claude Cerpédes et la militante socialiste, professeur à Alès, Christiane Thomas tenteront de déloger le maire de Saint-Privat-des-Vieux Philippe Ribot et l’élue alésienne Valérie Meunier. 

Sur Alès 3, le maire de Saint-Hilaire-de-Brethmas Jean-Michel Perret et la militante France insoumise, Evelyne Herbeau, croiseront le fer avec le maire de Saint-Césaire-de-Gauzignan, Frédéric Gras et l’adjointe au maire d’Alès Marie-Christine Peyric. 

Les cantons autour de Nîmes 

À Uzès, l’ancien président PS du Conseil départemental et nouveau sénateur, Denis Bouad se représente. Il sera accompagné de sa binôme écologiste Bérengère Noguier. À Redessan après moult discussions, c'est finalement l'ancien maire de Collias, Benoît Garrec et la militante France insoumise originaire de Nîmes, Karine Voinchet qui ont été investis. Le duo devrait se dessiner d'ici la fin de semaine.

À Marguerittes, la Gauche ne soutiendra pas la candidature du maire du chef-lieu du canton, Rémi Nicolas. Le nouvel édile ne souhaitant pas prendre de binôme de Gauche. Les postes de titulaires seront occupés par une candidate sympathisante de France insoumise et un écologiste du nom de Delio Sanchez, déjà candidat en 2015.

Dans le Gard Rhodanien 

Soutien du bout des lèvres à Pont-Saint-Esprit... Le maire de Saint-Paulet-de-Caisson et président du groupe PS au Département Christophe Serre sera accompagné de sa binôme et maire de Saint-Marcel-de-Careiret Carole Bergeri. Le problème réside dans le choix des suppléants : Christophe Serre souhaite prendre une adjointe de Pont-Saint-Esprit Christine Clerc et Benoît Trichot, le maire de Montclus.

Sur le canton bagnolais, là-aussi, les élus sortants sont investis. On retrouve le président du SDIS (Service départemental d’incendie et de secours) Alexandre Pissas et sa binôme, maire de Sabran, Sylvie Nicolle. À Villeneuve, l'élu d'opposition France insoumise du chef-lieu du canton Geneviève Lepage et son camarde Morgan Buisson sont investis. 

À Laudun, c’est l’élue sortante Nathalie Nury qui a reçu le soutien de la Gauche. Elle devrait partir avec Patrick Scorsone, membre du PRG.  Le combat s’annonce difficile… Répudié, son ancien binôme de 2015, Philippe Pécout, entend se représenter. 

À Beaucaire et en Petite Camargue

Tombé dans l’escarcelle du Rassemblement national en 2015, le défi sera rude sur le canton beaucairois. Pour le relever, le responsable du Parti communiste, Jean-François Milesi et le nom de la binôme n’a pas encore été arrêté. Sur le canton de Saint-Gilles, l’ancien candidat aux municipales saint-gilloises Paul Gabriel tentera de prendre sa revanche. Il sera accompagné d'une apparentée PCF, Nelly Cuares.

À Vauvert, c’est l’adjoint du chef-lieu du canton Bruno Pascal et la nouvelle maire de Vergèze Pascale Fortunat Deschamps. Cette dernière avait déjà été candidate en 2015 au côté du président sortant du Conseil départemental, Jean Denat. À Aigues-Mortes, les candidats investis sont l’écologiste Didier Caire et Isabelle Banabera de la France insoumise.

Quissac, exclu de l'accord !.

Quissac, exclu de l'accord ! Par esprit de responsabilité et pour que l’accord se fasse, la présidente PS du Département Françoise Laurent-Perrigot a demandé que son territoire ne fasse pas partie de l’accord. Plusieurs partenaires de Gauche menaçaient de présenter des candidats en dissidence. Le problème ? À Gauche, son binôme et ex-candidat En Marche aux élections Législatives, Olivier Gaillard, ne passe pas.

De la Vaunage aux Cévennes

Sur le canton de Calvisson, l’élu sortant Christian Valette ne se représente pas. Pour le remplacer, la maire PS de Fons, Maryse Giannaccini, a milité pour que le maire de Salinelles, Marc Larroque, soit son nouveau binôme. Au Vigan, le binôme sortant constitué de deux socialistes apparentés : Martin Delord et Hélène Meunier.

À La Grande Combe, le maire PCF du chef lieu du canton et élu sortant Patrick Malavieille se représente avec sa binôme Isabelle Fardoux-Jouve. À Rousson, l’élue sortante PCF Cathy Chaulet devrait se représenter avec le communiste et maire de Rousson, Ghislain Chassary. Élu depuis 26 ans au Conseil départemental, le communiste Jacky Valy tire sa révérence. 

Coralie Mollaret 

coralie.mollaret@objectifgard.com 

*PS, PCF, EELV, FI, PRG, Génération.s, Place Publique, Continuions ensemble Gard, Gauche démocratie et sociale. 

Publicité
Publicité
Publicité

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité