Bagnols-UzèsPolitique

DÉPARTEMENTALES Pont-Saint-Esprit : Christophe Serre et Carole Bergeri défendent leur bilan et leur sérieux

Les candidats de la majorité départementale sortante sur le canton de Pont-Saint-Esprit Carole Bergeri et Christophe Serre, entourés de leurs remplaçants Benoît Trichot et Christine Clerc (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Les candidats de la majorité départementale sortante sur le canton de Pont-Saint-Esprit Carole Bergeri et Christophe Serre, entourés de leurs remplaçants Benoît Trichot et Christine Clerc (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

C’est tout sauf une surprise : le binôme de conseillers départementaux sortants du canton de Pont-Saint-Esprit Christophe Serre, 56 ans, et Carole Bergeri, 43 ans, est officiellement candidat à sa propre succession, sur un canton qui s’annonce très disputé. 

« Six ans ça passe vite, on n’a pas pu finir tout ce qu’on a commencé, majorité relative oblige », explique Carole Bergeri. Face au Rassemblement national, à la Droite et à la candidature Chantry/Mahler (divers Gauche), le duo sortant met en avant son expérience : « on est des gens sérieux, avec des propositions concrètes et réalistes pour le Conseil départemental et notre canton », avance Christophe Serre. 

Tous deux vice-présidents sortants, elle à l’insertion et lui à l’autonomie des personnes âgées et handicapées, les candidats veulent continuer le travail « sur la précarité sociale et économique, nous avons eu 2 000 bénéficiaires supplémentaires du RSA en fin d’année notamment avec la crise sanitaire, explique Carole Bergeri. Et le Plan départemental de l’insertion va repartir. » La candidate évoque également un projet de voie verte à mener avec l’Agglo du Gard rhodanien, ou encore le nouveau collège de Pont-Saint-Esprit, qui est sur les rails. 

Pour parler bilan, le binôme sortant parle des « 81 contrats de territoire signés en six ans, c’est plus de 15 millions d’euros sur le canton », une somme que Carole Bergeri verrait bien « modulée avec un bonus écologique » à l’avenir. Christophe Serre évoque pour sa part un plan « Toubib 30 » pour pallier le manque de médecins ou encore la maison médicale de Goudargues, « dont le maire a été le premier à dire que sans les subventions du Département, il n’aurait pas pu la faire. » Fred Mahler, le maire de Goudargues, qui se présente désormais contre lui avec Catherine Chantry. 

Un binôme qui ne retient pas ses coups contre les sortants, et surtout sur Christophe Serre. Alors ce dernier a décidé de leur répondre. « Cette liste divers-Gauche tape plus sur nous que sur la Droite et l’Extrême-droite, on sent de l’aigreur chez eux », lance-t-il avant de rappeler que « le maire de Goudargues a fait des pieds et des mains pour être mon suppléant, donc on nous critique mais on voulait bien venir avec nous ! » Le remplaçant que Christophe Serre s’est choisi est le maire de Montclus Benoît Trichot (41 ans), et la remplaçante de Carole Bergeri est, comme en 2015, l’adjointe spiripontaine Christine Clerc, 59 ans. 

« Nous sommes LA liste de l’union de la Gauche et des écologistes », martèle Christine Clerc, non encartée comme Benoît Trichot et Carole Bergeri, alors que Christophe Serre a quant à lui sa carte au PS, face à la candidature divers-Gauche. Mais l’adversaire reste bien plus à Droite, avec un Rassemblement national habitué des gros scores à Pont-Saint-Esprit et ses alentours. « Mme Collard (candidate pour le RN, ndlr) si elle est élue, est à une heure trente de route de Pont-Saint-Esprit », tance Christophe Serre avant d’en remettre une couche : « le RN va faire une campagne nationale, ils disent de soutenir les PME ou de la sécurité mais ce n’est pas la compétence du Département, ils ont l’art de tromper les électeurs et de jouer sur les peurs. » 

Le binôme de la majorité sortante préfère dire qu’il est « dans la proposition, avec un programme qui tient la route », et affirme avoir joué la proximité avec « au moins une permanence par an dans chacune des 24 communes du canton », souligne Carole Bergeri. « Nous, on n’a pas besoin de GPS pour nous déplacer sur le canton », glisse Christophe Serre. 

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité