Bagnols-UzèsSociété

BAGNOLS/CÈZE À l’église Saint-Jean-Baptiste, la messe diffusée en direct à la télévision

Les caméras de l'émission "Le Jour du Seigneur" se sont installées dans l'église bagnolaise.

L'émission "Le Jour du seigneur" a posé ses caméras à l'église Saint-Jean-Baptiste. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Une certaine effervescence est palpable dans le centre-ville de Bagnols/Cèze. Quatre énormes camions encombrent la place Mallet et la rue Albert-André depuis quelques jours. Ils appartiennent aux équipes de France Télévisions. En effet, l'émission "Le Jour du Seigneur" a décidé de poser ses caméras à l'église Saint-Jean-Baptiste et de retransmettre la messe en direct de 11h à midi. 

À 9h45, les portes de l'édifice ouvrent enfin aux premiers paroissiens. En coulisses, ça s'affaire pour mettre au point les derniers préparatifs, sous la houlette de Philippe Vayrac, chargé de liturgie télévisée. Mais cela fait depuis jeudi soir que les équipes de tournage sont arrivées à Bagnols/Cèze. Elles ont réalisé des reportages sur la ville, sur l'église et sur quelques bénévoles. Samedi, la répétition générale a duré plus de 4h pour que la cérémonie se déroule sans encombre le jour J.

"On est une trentaine tout confondu dans l'équipe du Jour du Seigneur : réalisation, prédicateur, journalistes, technique... On a disposé six caméras dans l'église", décrit Philippe Vayrac. Un dispositif impressionnant mais qui s'explique par sa prouesse : "On est la seule émission en direct en extérieur, avec un décor qui change toutes les semaines, mis à part le Tour de France et quelques événements politiques." Tout est chronométré à la seconde près et Philippe Vayrac veille sur le timing depuis sa tablette.

Le couloir collatéral à la nef a été transformée en véritable régie. (Marie Meunier / objectif Gard)

Chaque dimanche, 800 000 téléspectateurs regardent l'émission de France 2. Souvent ce sont ceux qui sont malades, isolées ou âgés et qui ne peuvent se rendre à la messe dans leur église. "Aujourd'hui, ce service rendue aux 250 personnes(*) de la communauté paroissiale de Bagnols est élargi à ces 800 000 autres personnes. C'est une expérience télévisuelle immersive, pas une simple captation. Chaque bénévole participe activement", poursuit le chargé de liturgie télévisée.

Mettre en valeur l'église Saint-Jean-Baptiste entièrement restaurée...

En effet, cette matinée avait un goût festif pour les fidèles. Certains avaient revêtu leur plus belle tenue pour l'occasion, d'autres n'ont rien changé à leurs habitudes : "Je viens tous les dimanches, je me mets toujours à la même place au fond. Par contre, je suis venue bonne heure pour être sûre d'avoir une place. Mais il faudra plus que quelques caméras pour m'impressionner", confie une dame dans l'assemblée.

Le couloir collatéral de l'église s'est transformé en une véritable régie où s'amoncellent câbles, caméras, écrans et boîtes de stockage. Pour le père Abinader, c'est une vraie joie d'accueillir l'émission à Bagnols/Cèze. Il y a plusieurs symboliques autour de cette date du 27 juin : "Cette émission va mettre en valeur notre église qui vient juste d'achever sa restauration (qui avait duré 3 ans et avait coûté 2 millions d'euros, ndlr). On vient juste de fêter aussi le Saint Jean-Baptiste le 24 juin, et on célèbre aussi l'anniversaire de l'église bâtie au début du XIe siècle", explique le père Abinader.

C'est pour toutes ces raisons que l'émission culte a choisi l'église Saint-Jean-Baptiste, animée par ses 200 bénévoles. L'ecclésiaste avait fait le dossier de demande il y a plus d'un an, mais avec la pandémie et la longue liste d'attente, la réponse s'est faite un peu attendre. Le feu vert a finalement été donné en mars.

C'est la deuxième fois que le Père Abinader anime la messe en présence des caméras du "Jour du seigneur". (Marie Meunier / Objectif Gard)

C'est la deuxième fois que le curé déroule la messe devant les caméras du Jour du Seigneur. Il s'était déjà prêté à l'exercice à Anduze en 2009. La cérémonie a été accompagnée par le choeur de l'église, ainsi que par trois musiciens notamment Michel Chanard à l'orgue (datant de 1701, doté de 1 500 tuyaux, tout juste rénové, ndlr). "C'est un événement inédit pour la paroisse. C'est une chance et une reconnaissance", conclut Père Abinader.

Marie Meunier

(*) La jauge dans l'église est pour l'instant limitée à 65% donc à 250 personnes. Toutes doivent porter le masque. Les autres fidèles ont pu voir la messe retransmise à l'Ancyse.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité