Bagnols-UzèsBeaucaireCultureNîmes

GARD « Les vignerons indépendants font leur cinéma » reviennent début juillet

Les prix du jury et coup de coeur du public seront décernés le 1er juillet au Sémaphore de Nîmes. Six autres projections itinérantes des courts-métrages suivront jusqu'au 9 juillet. (photo festival "Les vignerons indépendants font leur cinéma")

Le festival "Les vignerons indépendants font leur cinéma" fêtera sa 12e édition du 1er au 9 juillet. Ce festival de cinéma sur l'univers du vin et de la vigne est organisé par la Fédération gardoise des vignerons indépendants. La cuvée 2021 se distingue par une sélection de six films courts internationaux (France, Espagne, Géorgie...), préférée parmi une trentaine d'autres.

Certains sont réalisés par des cinéastes amateurs, d'autres professionnels. Certains sont des documentaires, d'autres des fictions (dont une avec Gérard Depardieu). Le coup d'envoi du festival sera donné au Sémaphore de Nîmes, le 1er juillet, à 20h30, en présence du jury au complet et de tous les réalisateurs. Les jurés désigneront leur film préféré qui remportera une dotation de 2 000 €. Le public aussi prendra part et élira son film coup de coeur qui remportera 500€.

Après le Sémaphore, six projections itinérantes seront proposées dans tout le département, s'accompagnant de temps d'échanges et de dégustation.

. Vendredi 2 juillet, à 19h : au château Beaupré à Saint-Laurent-des-Arbres
. Samedi 3 juillet, à 19h : au Domaine des Loubatières à Saint-Bauzély
. Dimanche 4 juillet, à 20h30 : au Domaine Tardieu Ferrand à Argilliers
. Mardi 6 juillet, à 18h : au cinéma Casino à Bagnols-sur-Cèze
. Jeudi 8 juillet, à 19h : à la Chartreuse de Valbonne à Saint-Paulet-de-Caisson
. Vendredi 9 juillet, à 20h30 : au Château Mourgues du Grès à Beaucaire.

Il y a six films en compétition, qui durent chacun entre 7 min et demi et 20 minutes. La projection totale dure 1h20. Présentations.
1) "Vinophonie d'automne" de Lucie Bores et Tom Helbert, film expérimental, France, 7'30 min. La vinophonie d'automne fait chanter la vigne, danser les raisins et murmurer la cuvée 2020 qui entame tranquillement sa fermentation. Sous la forme d'un clip, la vidéo illustre une composition en trois parties de Tom Helbert, orchestrée uniquement par les sons que l'on peut trouver sur place, dans les vignes ou dans la cave. 

2) "Fiesta de la Trasioga" d'Enrique Serrano, documentaire, Espagne, 16'44 min.
Il y a deux siècles, tous les habitants de Villanueva Del Rey, une petite ville de 1000 habitants à Córdoba en Espagne, vinifiaient naturellement leur vin dans des jarres en terre situées dans leur cave ou leur garage. Menacée d’extinction, cette tradition attire aujourd’hui des milliers de visiteurs grâce à la « fête de la jarre » 

3) "Chrysostome" de Lou-Anna Reix, fiction, France, 8'30 min.
Éric Lanchamp est l'œnologue le plus réputé de sa région. Un soir, il se rend à une fête donnée pour célébrer la première cuvée du jeune vignoble d'Elena Gravas. Lorsqu'Éric rencontre Elena, il s'empresse de la séduire. Il déchante quand la jeune femme lui raconte d'où̀ vient l'arrière-gout si particulier de son vin, le Chrysostome.

4/ "Qvevri" de Levan Kitia, documentaire, Géorgie, 9 min.
À Quévri en Géorgie, on se transmet une technique de vinification de génération en génération depuis des milliers d’années. Des récipients sont d’abord minutieusement fabriqués à la main puis s’ensuit un travail de titan! Cette technique est devenue le symbole des racines culturelles et authentiques de la vinification géorgienne. Le film retrace le processus ardu et exigeant de « construction Qvevri », de l’argile brute jusqu’à la dégustation.

5) "Breton" de Christophe Switzer, fiction, France, 20 min.
1962, sud de la France. Dans une exploitation viticole, un père hésite à laisser partir son fils aîné faire des études alors qu'il est premier de la classe. L'enfant se confie à Breton, le cheval de la ferme.

6) "Grenouille de cristal", fiction, France, 16'40 min.
Sept ans après que Benjamin ait été sauvé d’un suicide grâce à Miko, une jeune japonaise, c’est au tour du vigneron de débarquer à Tokyo pour partager avec elle la cuvée tirée de l’année de sa visite... Mais voilà qu’au terme de leurs retrouvailles, une autre raison se révèle être le véritable motif de ce long voyage jusqu’à elle...

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité