A la uneActualitésAlès-CévennesGardNîmesSantéSociété

GARD Nouveau samedi de manifestations contre le pass sanitaire

Manifestation anti pass sanitaire à Nîmes le 31 juillet 2021 (photo Norman Jardin)
Manifestation anti pass sanitaire à Nîmes le 31 juillet 2021 (photo Norman Jardin)

Ce samedi était un nouveau jour de manifestations contre le pass sanitaire, notamment à Nîmes et à Alès en fin d’après-midi. 

À Nîmes

Pour le troisième samedi consécutif, les rues de Nîmes étaient le cadre d’une manifestation des anti pass sanitaire. Les participants s’étaient donné rendez-vous avenue Feuchères. Dans la foule on trouvait des membres du personnel médical mais aussi des pompiers.

Comme ils en ont pris l’habitude, ils ont rejoint l’hôtel de ville pour y chanter ‘la Marseillaise’. Hormis l’hymne national, les manifestants ont aussi entonné ‘le chant des partisans’.

Le cortège a fait une halte place de la Maison Carrée pour des prises de paroles. « Liberté ! Liberté ! » pouvait-on entendre mais aussi « Macron, on vient te chercher chez toi ! » ou encore « Médias collabos ! ».

La manifestation s’est terminée, sous la pluie, devant la Préfecture aux chants « Elle est où la Préfète ! » et « Avec nous à Paris ! ». La manifestation à laquelle ont participé environ 2 500 personnes et peut-être plus, s'est déroulée sans débordement.

Manifestation anti pass sanitaire à Nîmes le 31 juillet 2021 (photo Norman Jardin)
Manifestation anti pass sanitaire à Nîmes le 31 juillet 2021 (photo Norman Jardin)
Manifestation anti pass sanitaire à Nîmes le 31 juillet 2021 (photo Norman Jardin)
Manifestation anti pass sanitaire à Nîmes le 31 juillet 2021 (photo Norman Jardin)
Manifestation anti pass sanitaire à Nîmes le 31 juillet 2021 (photo Norman Jardin)
Manifestation anti pass sanitaire à Nîmes le 31 juillet 2021 (photo Norman Jardin)

À Alès

« Retraites, chômage, pass sanitaire, pour nous c’est sûr, ça ne va pas le faire », « Et ce pass il sert à quoi ? Travaille, consomme et ferme ta gueule ! » ou encore « On n’a pas le covid mais on a quoi ? La rage ! » : les chants entonnés dans le cortège alésien ce samedi en disaient long sur les revendications des manifestants.

Ce samedi en fin d'après-midi, lors de la manifestation contre le pass sanitaire à Alès (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Car si c’est le pass sanitaire qui a cette fois mis le feu aux poudres, cette mobilisation recouvrait un spectre bien plus large, et « se limiter à ce combat n’est pas suffisant », lançaient les organisateurs, qui se revendiquaient de plusieurs collectifs notamment de Gilets jaunes, d’intermittents ou encore de précaires, les réformes de l’assurance chômage ou des retraites dans le viseur. Des militants CGT, PCF, de la France insoumise ou encore d'Attac figuraient également à la manifestation. Ils étaient entre 1 000 et 1 500, nous a-t-on dit dans le cortège, plusieurs centaines, 1 000 tout au plus nous a affirmé la police qui estime que ce chiffre a pu fluctuer tout au long du parcours de la manifestation, partie de la sous-préfecture pour rallier le lycée JBD avant de revenir en centre-ville.

Ce samedi en fin d'après-midi, lors de la manifestation contre le pass sanitaire à Alès (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Reste que c’est le pass sanitaire qui figurait sur la plupart des pancartes, une mesure dont « le problème n'est pas tant dans la vaccination que dans le contrôle social, le fichage numérique de la population, qui est une atteinte grave à nos libertés », estimeront les organisateurs au micro. Le Gouvernement sera accusé, au motif sanitaire, de « mettre en place les mesures qui l’arrangent » via une pandémie « qui est une opportunité pour le lui de faire taire les contestations. »

La manifestation est passée par le parvis de la mairie d'Alès (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Au micro on invitait toutefois à la nuance : « ce n’est pas parce qu’on est vacciné qu’on soutient le Gouvernement, et ne pas l’être ne suffit pas à être rebelle », le tout pour « ne pas tomber dans une guerre de tranchées stérile dont le seul vainqueur ne peut être que le Gouvernement. » 

Norman Jardin (à Nîmes) et Thierry Allard (à Alès)

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité