Bagnols-UzèsEconomieEnvironnement

GARD RHODANIEN Tournée des vendanges : le député Cellier en visite chez Maison Sinnae

Philippe Pellaton, président de Maison Sinnae, et Anthony Cellier, député de la 3e circonscription du Gard. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Comme chaque année, le député de la 3e circonscription du Gard, Anthony Cellier, fait sa "tournée des vendanges". L'occasion de rencontrer les viticulteurs du territoire, d'entendre leurs difficultés et ainsi de pouvoir défendre voire modifier des textes de loi "en adéquation avec la réalité agricole" tout en répondant à "l'intérêt général".

Pour la première étape de sa tournée, il s'est rendu à la Maison Sinnae, présidé par Philippe Pellaton. Maison Sinnae est le premier producteur en volume des Côtes-du-Rhône. La cave coopérative est répartie en trois sites de production : Chusclan, Codolet et Laudun-l'Ardoise.

Les vendanges ont commencé avec quinze jours de retard à la Maison Sinnae. Le top départ a été donné il y a trois semaines. Il en faudra tout autant pour finir de ramasser les raisins des 2 400 hectares de vigne étalés sur plusieurs communes du Gard rhodanien. Après deux années de faibles récoltes, ce cru 2021 s'annonce quantitatif et qualitatif : "Notre potentiel de récolte chez nous, c'est 130 000 hectolitres. On devrait être dans ces eaux-là cette année. L'année dernière, on n'a fait que 80 000 hectolitres à cause des aléas climatiques", indique Philippe Pellaton.

"Depuis les cinq dernières années, on en est au 4e aléa climatique"

C'est d'ailleurs l'une des inquiétudes qui ressort chez les viticulteurs. Les terres de Maison Sinnae ont eu la chance d'être épargnées par le gel d'avril 2021. Mais les précédentes années, elles ne sont pas passées entre les mailles du filet : "Cela fait 20 ans que je suis dans le métier. Les quinze premières années, il n'y a pas eu un seul aléa climatique. Depuis les cinq dernières années, on en est au 4e aléa. On voit vraiment une accélération du phénomène", constate le président de la cave. Pour Anthony Cellier, les professions agricoles sont les premières à subir ce bouleversement climatique. Il informe qu'un fonds assurantiel est prévu à l'adoption à l'Assemblée nationale.

En plus de la météo perturbée, les professionnels du vin ont dû essuyer pendant des mois les conséquences de la taxe Trump sur les vins français. "Les États-Unis sont le premier marché pour les vins Côtes-du-Rhône. La suspension de cette taxe crée un véritable appel d'air", se réjouit Philippe Pellaton. Le covid-19 a aussi mis à mal la filière...

Le glyphosate est aussi venu se glisser dans les conversations entre le député et le président de la cave. "C'est devenu une sorte de totem de la société qui ne l'accepte plus. Il faut aujourd'hui accompagner les agriculteurs vers d'autres solutions", indique Anthony Cellier. Et Philippe Pellaton d'ajouter : "On a de plus en plus de mal à faire comprendre le métier... Pourtant on n'a jamais fait autant attention à l'environnement, à la préservation de la biodiversité." Biodiversité favorisée grâce à des traitements plus respectueux de la nature mais aussi grâce à l'installation de nichoirs, la présence de haies...

Marie Meunier

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité