Alès-CévennesÉducationSantéSports Gard

ALÈS « Cap 2024 » : l’ambitieux projet sportif de l’ensemble scolaire Bellevue

Les élèves du groupe scolaire Bellevue s'essaient au lancer de poids sur le stand tenu par l'Alès Cévennes Athlétisme Agglomération (AC2A) - Photo Corentin Migoule

Nommée depuis un peu plus de deux ans à la tête du groupe scolaire Bellevue qui réunit 1 300 élèves, Marjorie Gackière donne un nouvel élan à l'entité alésienne en l'intégrant au projet "Cap 2024" qui fait la part belle au sport.

Parce que la pratique régulière du sport et la réussite dans les études ne sont "pas incompatibles", Marjorie Gackière, dynamique gérante de l'ensemble scolaire Bellevue (école, collège, lycée et BTS), entend placer l'activité physique au cœur de la politique de l'établissement. C'est ainsi qu'a été lancé ce vendredi 24 septembre, le projet "Cap 2024", faisant naturellement écho à l'accueil des Jeux Olympiques 2024, par la Ville Lumière.

Le temps d'une journée durant laquelle les cours traditionnels ont été mis sur pause, 16 associations alésiennes ont offert leurs services aux 1 300 élèves du groupe scolaire alésien. Passant de la raquette au ballon, du mur d'escalade à la fosse sableuse du saut en longueur, les adolescents ont pu s'essayer à une quinzaine d'activités différentes.

Évidemment, l'Alès Cévennes Athlétisme Agglomération (AC2A) était de la partie. Avec près de 400 licenciés, le club cévenol fait une moisson de médaille à chacune de ses sorties. Ancien finaliste des championnats de France en lancer de poids, Joël Fabreguettes a initié les élèves de Bellevue à sa discipline. Angel Roustan, champion de France de saut en longueur et de lancer de disque, et vice-champion de France de saut en hauteur en juillet dernier, en a fait de même en saut en longueur.

Politique sportive : rattraper le temps perdu

"Ma volonté, c'est de replacer le sport au centre de l'établissement", concède Marjorie Gackière. Ancienne joueuse de basket-ball, arrivée en Cévennes il y a deux ans en provenance d'un établissement scolaire marseillais, la jeune femme redoutait l'impact de la pandémie sur la santé physique et mentale de ses élèves : "Plus que jamais avec l'expérience du Covid, ils ont besoin d'être bien dans leur tête et dans leur corps." Et la dernière nommée d'ajouter : "Je voulais aussi casser un peu cette image d'établissement élitiste, très scolaire, très cadré, qui revient systématiquement lorsqu'on évoque Bellevue." 

La journée de vendredi dernier, également ponctuée de conférences-débats autour du sport, s'est aussi amorcée par la visite sur site de Marie-Claude Albaladejo. "À trois ans des JO de Paris, on s'est rendu compte qu'il n'y avait pas de véritable politique sportive au niveau national", a d'abord regretté l'élue. Saluant l'initiative portée par la gérante de l'institution alésienne, l'adjointe aux Sports de la ville d'Alès y a adossé un intérêt majeur : inciter les élèves à garnir les rangs des clubs sportifs de la capitale cévenole.

"J'espère que les autres établissements scolaires de la ville d'Alès s'empareront du projet", a vivement souhaité Marie-Claude Albaladejo, circulant de stand en stand. Cette première action en faveur du sport ne restera pas un cas isolé. Le groupe scolaire Bellevue remettra ça le 21 octobre prochain, avec "un grand cross" réservé à ses collégiens. Aussi, une marche inédite pour le Téléthon est en cours d'organisation.

Corentin Migoule

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité