A la uneBagnols-UzèsEconomieÉducationEnvironnement

BAGNOLS/CÈZE La mobilité électrique, un secteur tourné vers l’avenir et vers l’emploi

De nombreux acteurs économiques et politiques sont venus à cette journée dédiée à la mobilité électrique. Il y avait les deux vice-présidents à la Région, Jalil Benabdillah et Jean-Luc Gibelin, l'élue régionale et vice-présidente à l'Agglo du Gard rhodanien, Claire Lapeyronie, le président de la CCPG, Pierre Prat, Thierry Feutry, proviseur lycée Einstein, Julien Feja, directeur de D&S, Jean-Luc Gibelin, Pierre Prat, président de la CCPG, Virginie Monnier-Mangue, présidente de la ClaeanTech Vallée, Dominique Charzat et Philippe Vialla d'AVERE Occitanie...

Hier à Bagnols/Cèze, la journée a été consacrée à la mobilité électrique. De nombreuses initiatives et possibilités ont été montrées aux élèves et aux professionnels. L'idée étant de se tourner de plus en plus vers des déplacements vertueux et générateurs d'emplois.

Ce "Watt tour" a été organisé par la CleanTech Vallée et par l'association AVERE Occitanie. Il a débuté au lycée Albert-Einstein : une trentaine d'élèves de BTS CIRA (Contrôle industriel et régulation automatique) et de bac pro MELEC (Métiers de l'électricité et de ses environnements connectés) ont assisté à une entrée en matière sur la question des mobilités électriques. "L'idée c'est de leur parler des voitures électriques, eux qui viennent juste ou vont passer leur permis. Mais aussi de leur montrer que c'est un secteur d'avenir avec des emplois, notamment dans l'installation et la maintenance de bornes de recharge", explique Clara Fanjeaux, chargée de communication à AVERE Occitanie. Cette conférence a été dispensée dans le cadre du programme national "Advenir formations".

Une trentaine d'élèves du lycée Einstein ont assisté à une formation sur la mobilité électrique. (Marie Meunier / Objectif Gard)

La journée s'est poursuivie chez la société bagnolaise D&S où plusieurs innovations dans la mobilité électrique ont été présentées. On a vu le Virtuo 2C du fabricant nîmois Ocean concept : un triporteur 100% électrique, équipé d'un souffleur, d'un aspirateur et surtout de deux bacs de 60L pour trier directement les déchets. Un bel outil destiné aux collectivités pour le nettoyage des villes, qui a été accompagné par la région Occitanie. Commercialisable depuis peu, il a déjà séduit la municipalité de La Ciotat.

Le Virtuo 2C a été mis au point par la société nîmoise Ocean concept. (DR)

Il y avait aussi la société nîmoise Red and white qui transporte les personnes avec une flotte de véhicules 100% électriques. "Elles peuvent réserver une voiture ou juste une place à bord, même en milieu rural, pour un prix modique. On veut vraiment limiter l'autosolisme et diminuer le nombre de véhicules sur les routes. On gagne en plus en productivité puisque les passagers peuvent travailler pendant le trajet", indique le directeur, Jean-Marc Dardaillon.

60% des émissions de gaz à effet de serre de la Région proviennent du transport

Les représentants d'Enedis ont aussi exposé leur voiture Zoé électrique et parfaitement adaptée pour les interventions des agents. D'une autonomie de 300-350 km, elles sont aussi équipées d'emplacements pour ranger le petit matériel. "À travers cela, on veut aussi démystifier l'idée qu'en zone rurale, on ne peut pas recourir au véhicule électrique. On a déjà une cinquantaine de voitures comme celle-ci dans le département. On vise 70% de la flotte à l'avenir", atteste Dominique Charzat, directeur régional d'Enedis et également président d'AVERE.

Particulièrement pertinent quand on sait que le domaine du transport est responsable de 60% des émissions de gaz à effet de serre en Occitanie. La Région a d'ailleurs versé 5,35 millions d'euros d'aides depuis 2019, permettant l’acquisition de plus de 2 000 voitures électriques ou hybrides, et près de 15 000 vélos à assistance électrique.

Dernière démonstration : la toute première borne de recharge intelligente "V2G" installée sur le parking de D&S. Dans le cadre de son projet Flexitanie, la Région a installé une centaine de bornes similaires. Leur particularité ? Elles rechargent les véhicules branchés mais leur énergie peut aussi servir à alimenter le réseau quand beaucoup de foyers ont besoin d'énergie en même temps.

Une consommation électrique amenée à augmenter mais qui doit être plus vertueuse

"Dans les derniers scénarios rendus par RTE, on voit que notre consommation d'électricité est amenée à augmenter de 35%. Et la moitié du parc automobile devrait être électrique", contextualise Virginie Monnier-Mangue, présidente de la CleanTech Vallée. Tout l'enjeu est donc d'accompagner cette hausse de consommation, tout en baissant le recours aux énergies fossiles. Là où le projet Flexitanie est intéressant, c'est qu'il permet de stocker de l'électricité et de la redistribuer au moment et là où il y en a besoin. C'est un pas vers un meilleur mix énergétique et pour l'objectif de Carole Delga qui est de "diminuer de 60% les émissions de gaz à effet de serre dès que possible", comme l'a rappelé Jean-Luc Gibelin, vice-président délégué aux Mobilités et aux infrastructures de transports.

Il est venu accompagné de Jalil Benabdillah, vice-président en charge de l’Économie, l’emploi, l’innovation et la réindustrialisation de la Région, qui a rappelé que de nombreux secteurs connaissaient des tensions actuellement dans leur recrutement : "Il se pose la problématique des formations à la carte et qualifiantes", indique-t-il. Et c'est bien le but de cette journée : inciter les jeunes et les professionnels à se tourner vers les secteurs de demain et ainsi avoir l'offre et la demande adéquates.

Marie Meunier

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité