Faits DiversGardJustice

GARD Appelés pour des violences conjugales, les gendarmes tombent sur un trafic de drogue

Justice. Un homme réclamait mercredi devant la cour d’appel de Nîmes son contrôle judiciaire. Il a été interpellé, puis placé en détention provisoire en octobre 2021 avec les gendarmes appelés par sa compagne suite à une scène de violences conjugales. Mais en effectuant une perquisition sur la commune de Vergèze, lieu d’habitation du couple, les militaires ont découvert 224 grammes d’héroïne, des feuilles de comptabilité prouvant un trafic, et plusieurs milliers d’euros. Le mis en cause explique qu’il n’était qu’une récente nourrice et qu’il entreposait chez lui des produits illicites fournis par un dealer dont il refuse de donner le nom. Problème : sa compagne a livré une autre version aux enquêteurs en indiquant : qu’il « revendait depuis 2017 du cannabis et de l’héroïne », selon les éléments fournis à la chambre de l’instruction de Nîmes. Les magistrats ont écouté les réquisitions de l’avocat général Hervé Poinot et ont refusé de libérer le mis en examen.

B.DLC

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité