A la une
Publié il y a 4 ans - Mise à jour le 05.02.2018 - philippe-gavillet-de-peney - 2 min  - vu 833 fois

NÎMES Fermeture de classe : les parents d'élève de Charles-Martel manifestent

Ce lundi, le retour en classe a été quelque peu perturbé à la maternelle de l'école de la rue éponyme.
Le retour de week-end a été agité pour les petits de la maternelle Charles-Martel (Photo : DR)

Les parents d'élèves souhaitent que l'Éducation nationale révise ses plans (Photo : DR)

Lundi matin, une quarantaine de parents s'est invitée à l'école maternelle pour protester contre la fermeture annoncée d'une classe à la rentrée prochaine.

À ce jour, l'école Charles-Martel accueille 96 bambins âgés de 3 à 5 ans. Un contingent de gamins réparti jusqu'alors sur quatre classes. Ce qui satisfait parents, enseignants et enfants. Hélas, selon Caroline Fourcoual, déléguée des parents d'élève, ce bel ordonnancement risque d'être mis à mal à la prochaine rentrée avec la disparition programmée d'une classe : "Cette fermeture de classe ferait grimper les effectifs par classe à 30 élèves. Selon les prévisions, l'école perdrait des élèves à la rentrée prochaine et ne compterait plus que 86 inscrits, soit 10 de moins. Pour autant, de notre côté, nous avons recensé des élèves qui pourraient potentiellement intégrer l'école l'an prochain via des dérogations attribuées par la Ville de Nîmes. Nous arrivons à un décompte de 90 élèves potentiels."

Les parents refusent que leurs enfants se retrouvent serrés comme des sardines en boite dans des locaux exigus : "L'école a 120 ans et la classe de petite section mesure 40 m2. Quand vous avez enlevé le mobilier et les tables, il n'y a guère de place. Alors imaginez, à 30 par classe ! Même les poules élevées en plein air ont droit à 4 m2 chacune."

Le dortoir de l'établissement (Photo : DR)

 Après avoir manifesté leur réprobation devant l'établissement, les parents se sont dispersés et les enfants ont regagné leur classe. Rendez-vous est d'ores et déjà pris le mercredi 7 février à 13h30 pour former un cortège qui ira faire entendre sa voix collective devant les grilles de l'Inspection de l'éducation nationale, rue Rouget de Lisle, à 14h. "L'inspecteur de circonscription a promis de nous recevoir rapidement mais nous ne savons pas quand. Nous avons demandé un rendez-vous mercredi dernier et notre requête est restée pour l'instant sans réponse", termine notre interlocutrice.

Philippe GAVILLET de PENEY

philippe@objectifgard.com  

Philippe Gavillet de Peney

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais