Actualités
Publié il y a 3 mois - Mise à jour le 29.11.2023 - Marie Meunier - 3 min  - vu 1942 fois

BAGNOLS/CÈZE Un capitaine de gendarmerie et une citoyenne récompensés pour leur courage

médaille ville Dorian Olié et à Fatim-Zahra Tahiri émeutes bagnols

Le maire de Bagnols/Cèze, Jean-Yves Chapelet, a remis la médaille de la Ville au capitaine Dorian Olié et à Fatim-Zahra Tahiri. 

- photo Marie Meunier

Triptyque solennel ce mercredi matin. Une citoyenne et un gendarme sont face au maire de Bagnols-sur-Cèze, Jean-Yves Chapelet. Les premiers cités ont reçu de ses mains la médaille du dévouement et du courage. Ils en ont fait preuve dans la nuit du 1er au 2 juillet, où des émeutiers s'en sont pris à plusieurs commerces et à la porte de la mairie. 

Cet été, des émeutes ont éclaté un peu partout en France, causant des dégâts matériels très importants. La ville de Bagnols-sur-Cèze n'a pas été épargnée. Dans la nuit du 1er au 2 juillet, les vitrines de plusieurs commerces ont été cassées et la porte de la mairie a commencé à prendre feu. Cette nuit-là, les dommages auraient pu être bien plus conséquents sans la mobilisation de la police nationale, de la police municipale mais également des effectifs de gendarmerie engagés en renfort et le courage de citoyens qui sont sortis pour commencer à éteindre les flammes. Encore aujourd'hui, la façade de la mairie porte les stigmates de cette nuit de violences. Une partie de la porte est carbonisée et les fenêtres lézardées d'adhésif. 

médaille ville Dorian Olié et à Fatim-Zahra Tahiri émeutes bagnols chuberre perrin chapelet
La remise de médailles s'est déroulée en présence du maire, des récipiendaires, du général Éric Chuberre, commandant du groupement de gendarmerie du Gard, et du chef d'escadron Christophe Perrin, commandant de la compagnie de gendarmerie de Bagnols-sur-Cèze. • photo Marie Meunier

Jean-Yves Chapelet, le maire, a décerné ce mercredi matin la médaille de la ville (mention dévouement et courage) au capitaine Dorian Olié, entré en gendarmerie en 1992 et occupant les fonctions de second à la compagnie de gendarmerie de Bagnols-sur-Cèze depuis 2021. La nuit du 1er au 2 juillet, il était chef du dispositif VTU gendarmerie (violences de type urbaines) en renfort de la police nationale.

Après avoir contenu une première fois l'action des émeutiers sur l'avenue de la Mayre, il les a suivis jusqu'en centre-ville. "Arrivant sur la place Mallet, le capitaine Olié constate que les émeutiers ont enflammé les containers et les ont envoyés sur la porte de la mairie qui commence à prendre feu. Avec l'aide d'un riverain, il arrive, avec peine, à écarter les containers et ensuite à gratter le sol pour enlever tous les éléments qui alimentaient le feu", retrace le maire de Bagnols-sur-Cèze. 

"C'est un bâtiment qu'il ne fallait pas toucher"

L'édile a aussi remis la même médaille à Fatim-Zahra Tahiri, qui habite la place Mallet et tient le restaurant Le Sud. Sortie de son sommeil, elle n'a pas hésité à sortir, seule, sur la place alors que des dizaines d'émeutiers étaient encore là et s'en prenaient à la mairie et à la librairie voisine. Elle a alors versé des seaux d'eaux pour éteindre le feu qui commençait à se propager sur la porte de l'hôtel de ville. "Je n'ai pas eu peur, je n'y ai pas pensé. J'ai voulu défendre le symbole "Liberté, Égalité, Fraternité" mais aussi le musée qui est à l'étage. Pour moi, c'est un bâtiment qu'il ne fallait pas toucher", témoigne la Bagnolaise. Elle a ensuite été rejointe par d'autres riverains qui sont venus prêter main-forte. 

Cette nuit-là, il y a eu atteinte à la "maison commune", à un symbole de la République. Le général Éric Chuberre, commandant du groupement de gendarmerie du Gard, présent pendant cette remise de médaille, rappelle : "Cette nuit a été compliquée. On a été confronté à des paroxysmes de violence gratuite. Une violence qui s'est attaquée au bien commun qu'est la mairie et notamment au symbole de la porte qui marque l'entrée dans un établissement de service commun." Le maire a aussi été très marqué par cette nuit : "Ça m'a posé question. Les personnes qui ont été interpellées étaient principalement des jeunes que je connaissais. Quelque part, cela veut dire que quelque chose n'a pas marché." 

Il a donc décidé de se rendre dans toutes les classes de CM2 de Bagnols-sur-Cèze pour faire de la prévention et de la pédagogie. "Je leur parle des symboles de la République et je leur dis pourquoi c'est une bêtise de mettre le feu à une mairie. Bien sûr que ce n'est pas eux, mais certains qui l'ont fait étaient assis à leur place quelques années plus tôt", explique l'édile. 

Marie Meunier

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio