Publié il y a 1 mois - Mise à jour le 19.06.2024 - Yannick Pons - 2 min  - vu 534 fois

CAMARGUE Préoccupé par la situation de Perrier, le PCF demande l'organisation d'une table ronde

Vergeze musee source perrier (yp)

Musée Perrier

- Photo Yannick Pons

Alors que le journal Le Monde affirmait vendredi 14 juin que la production était suspendue pour désinfection et que « Nestlé Waters ne disposerait plus des volumes nécessaires à la production des bouteilles de Perrier de 1 litre », le PCF section Camargue Vidourle, préoccupé par la situation de l'emploi, demande l'organisation d'une table ronde.

Selon le PCF (Parti communiste français) section Camargue Vidourle, les annonces médiatiques nationales et locales préoccupent la population concernant l’avenir du site. Dans un communiqué adressé ce mardi 18 juin à la presse, la section camarguaise écrit que « Nestlé n’a pas tous les droits. Il a aussi des devoirs, il doit répondre aux questions qui se posent. La défense de l’emploi et des activités est nécessaire et légitime, nous devons protéger ce patrimoine naturel tout en permettant son développement. » 

Incidents en cascade

Au début de l’année, le journal Le Monde et la cellule d'investigation de Radio France ont dévoilé le fait que Nestlé Waters purifiait, au moyen de filtres au charbon actif et aux ultraviolets, ses eaux minérales comme Perrier, Vittel, Hépar ou Contrex.
Le 24 avril, Nestlé Waters annonçait que plusieurs lots de bouteilles d’eau Perrier avaient été détruits par précaution en mettant en cause « une déviation microbiologique ponctuelle ». Rebelote la semaine dernière avec le journal Le Monde qui affirmait vendredi 14 juin que la production était « suspendue pour désinfection. »

Contacté par Objectif Gard, le géant suisse de l’alimentaire se veut rassurant, concernant les deux puits à l’arrêt : « Il s’agit d’une opération de maintenance régulière, qui correspond à nos protocoles de gestion de la qualité. La production de Perrier 1 litre n’est pas arrêtée ». Nestlé Waters ne souhaite pas donner plus d’informations sur les volumes et les plans de production pour des raisons d’ordre concurrentiel.

Silence assourdissant

Mais ce silence assourdissant donne naissance à des interrogations. Le PCF section Camargue Vidourle pose la question de la délocalisation et de l’emploi : « Les évolutions en cours avec « eau de Perrier » ne préparent-elles pas une internationalisation de la production, des délocalisations et un dépérissement du site de Vergèze ? »

Ainsi, la section camarguaise demande à Nestlé Waters de répondre aux questions légitimes qui se posent, notamment pour ce qui concerne la défense de l’emploi, autour d’une table.

Yannick Pons

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio