Publié il y a 26 jours - Mise à jour le 30.05.2024 - Thierry Allard - 2 min  - vu 80 fois

GRAND AVIGNON Le Collectif de l’eau veut « poursuivre le combat » de Marcelle Landau

Mireille Dapon, présidente du Collectif de l'eau du Grand Avignon

- Photo : Thierry Allard

Alors que son historique présidente Marcelle Landau s’est éteinte le 14 mai dernier, le Collectif de l’eau du Grand Avignon continue ses actions.

« Très touchés » par les multiples hommages à Marcelle Landau, affirme la présidente du Collectif de l’eau Mireille Dapon, les membres du collectif qui regroupe six associations vauclusiennes et gardoises prévoient une soirée hommage pour septembre. « Nous voudrions en faire une création collective, pose la présidente du collectif. Nous demandons à tous ceux qui ont partagé la route de Marcelle de nous apporter leur témoignage, des photos, des vidéos. » Le tout est à envoyer à collectif.eau@gmail.com.

| Lire aussi : GRAND AVIGNON L’historique présidente du Collectif de l’eau Marcelle Landau s’est éteinte

L’hommage n’empêche pas l’action, et le collectif le martèle : « Nous voulons poursuivre le combat dans les pas de Marcelle », résume Mireille Dapon. Sur un thème en priorité, qui tenait à coeur à Marcelle Landau : la lutte contre les fuites dans les réseaux. « Nous renouvelons notre demande d’un véritable plan d’action contre les fuites, avec des objectifs chiffrés », avance Mireille Dapon. Pour le collectif, un objectif de « -10 % de fuites en deux ans » est atteignable par le délégataire, notamment en « vérifiant systématiquement les branchements. » Le collectif estime à 25 % le taux de fuites du réseau d’eau du Grand Avignon.

Autre cheval de bataille : le service client du délégataire Eau Grand Avignon. « Dans les différents dossiers qu’on reçoit, on se rend compte que neuf fois sur dix les appels téléphoniques ne permettent pas de résoudre le problème, et il est impossible d’obtenir un rendez-vous », affirme Mireille Dapon. Le collectif souligne qu’il arrive à trouver des solutions pour certains cas avec le délégataire, « mais si le service client était bien fait, on n’aurait pas à le faire », regrette la présidente d’un collectif qui demande « des solutions pérennes et efficaces pour tout le monde. »

Thierry Allard

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio