Publié il y a 1 an - Mise à jour le 15.12.2022 - Marie Meunier - 3 min  - vu 1132 fois

UZÈS Piscine intercommunale : le maître d'oeuvre est choisi, le début des travaux prévu en janvier 2024

projet piscine intercommunale uzès vue d'architecte

Voilà à quoi pourrait ressembler la piscine intercommunale d'Uzès. Elle serait composée de trois bassins. 

- photo Droits réservés

Ce mardi soir, les élus de la Communauté de communes Pays d'Uzès se sont réunis pour le conseil communautaire. Ils ont voté à l'unanimité une nouvelle étape dans la construction de la future piscine intercommunale à Uzès : l'attribution du marché au maître d'oeuvre. 

C'est le projet proposé par l'architecte Lemarie qui a été choisi à l'unanimité parmi les trois candidatures. Il a fait la différence sur plusieurs aspects du cahier des charges : le cheminement de la piscine, la qualité sanitaire de l'eau, l'entretien et la maintenance, la gestion de l'énergie...

Claire Huber, directrice de l'aménagement du territoire et du développement durable à la CCPU, a présenté le projet retenu. L'objectif est d'atteindre 50 000 visiteurs par an et d'accueillir 1 300 scolaires. À l'intérieur, on compte 724 m2 de bassin couvert, quatre lignes d'eau, 80 m2 de bassin d'apprentissage, à l'extérieur, il y aura aussi 40 m2 de splashpad (jeux d'eau). Au total, il y aura donc trois bassins. Il y en a pour 6,3 millions d'euros de travaux HT, selon l'indice bâtiment de septembre 2022 (il n'y a pas de certitude sur le fait que cette enveloppe-là n'augmente pas, NDLR). 

"L'objectif, c'est de finir les travaux et que les enfants commencent à apprendre à nager en septembre 2025"

Claire Huber, directrice de l'aménagement du territoire et du développement durable à la CCPU

Maintenant que le maître d'oeuvre a été choisi, l'affinement du projet va se poursuivre jusqu'au dépôt du permis de construire en avril 2023. Le lancement du marché de travaux est programmé pour septembre et le début du chantier en janvier 2024. "L'objectif, c'est de finir les travaux et que les enfants commencent à apprendre à nager en septembre 2025", précise Claire Huber. 

piscine intercommunale uzès
Le projet de piscine intercommunale du pays d'Uzès doit respecter plusieurs critères : notamment de se fondre dans le paysage.  • photo Droits réservés

La future structure doit respecter certaines contraintes, notamment de se fondre dans le paysage. "De Pompidou, on ne doit presque pas voir la piscine. Il y aura des toitures végétalisées, le bâtiment sera effacé aussi grâce à un jeu de transparence et des matériaux qui sont d'inspiration vernaculaire", développe Claire Huber.

Un bâtiment compact et fonctionnel

Le bâtiment se veut très compact pour des raisons climatiques et fonctionnelles. Le maître-nageur, où qu'il soit, peut assurer la surveillance des usagers. Le hall d'accueil a été pensé pour servir d'espace de réunion et de convivialité également. Des rangements pour les casques de vélo et pour les poussettes seront aménagés dès l'entrée, ainsi que des distributeurs de bonnets et de lunettes. Il y aura des douches séparées hommes et femmes mais aussi des mixtes (pour les familles). 

L'une des priorités fixées pour ce projet est d'ordre environnemental : "Il a été conçu de manière bioclimatique. L'orientation, la ventilation, l'isolation... Tout a été pensé en fonction de l'environnement et de l'emplacement de la piscine sur Uzès", assure la directrice. Côté chauffage, les maîtres d'oeuvre ont privilégié des pompes à chaleur eau-eau pour la piscine et une autre air-eau pour compléter. Il n'y a plus de gaz. "L'idée est aussi de travailler sur la récupération des eaux", ajoute-t-elle.

"Des piscines à énergie positive, ça n'existe pas"

À la fin de la présentation, Bernard Rieu (Vallabrix) a demandé en quelle matière seraient les parois extérieures. Ce sera en pisé, une terre crue qui favorise l'évaporation de l'humidité. Quant à Xavier Gayte (La Capelle-et-Masmolène), il s'est demandé quelle serait la consommation énergétique annuelle de la future piscine. Le maître d'oeuvre projette des frais d'exploitation à 130 000 €/ an pour les fluides. Ce qui équivaut à 2 174 kWh par an par m2. "Les piscines sont les bâtiments les plus compliqués en terme d'énergie. Il faut une certaine température, une certaine hydrométrie, un certain volume... Des piscines à énergie positive, ça n'existe pas", conclut le président de la CCPU, Fabrice Verdier.  

Qui est le jury qui a choisi le projet ?

Ce jury composé de la commission d'appels d'offres, des techniciens de la CCPU, de trois architectes désignés par l'Ordre des architectes, du cabinet qui accompagne l'AMO, des experts des services techniques de la Ville d'Uzès, du Mas Careiron et le directeur de la piscine du Grau-du-Roi. La CCPU souhaite créer une piscine afin d'avoir une structure pour permettre aux enfants d'apprendre à nager et d'accompagner le sport santé. 

Marie Meunier

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio