Publié il y a 8 ans - Mise à jour le 04.12.2015 - thierry-allard - 2 min  - vu 317 fois

BAGNOLS Le film Witness, devenu une série, diffusé à partir de dimanche

Les deux affiches de Witness (DR)

C’est l’aboutissement de plus d’un an de travail pour le jeune réalisateur Alexis Godin : son film Witness, tourné à Bagnols avec l’aide de l’association Mosaïque en Cèze, s’apprête à arriver sur vos écrans.

Entretemps le film, qui avait déjà changé de titre passant de The Short Straw à Witness, a aussi changé de format : « il y a cinq épisodes en comptant le pilote, explique le réalisateur. Les quatre premiers font trente minutes, le dernier presque une heure. »

Petit et grand écran

Le montage entièrement terminé, il faut maintenant diffuser la série made in Bagnols. Pour ce faire, Alexis a choisi plusieurs canaux. Le premier, le plus simple, internet : « le pilote sera sur You Tube, Dailymotion et Viméo à partir du dimanche 6 décembre, et on va échelonner tous les premiers dimanches de chaque mois », présente Alexis Godin.

Mais outre ce canal de diffusion, le réalisateur va voir son œuvre projetée sur grand écran : « on participe au festival ‘Le Jour le plus Court’ parrainé par Eric Judor, à Ambérieu-en-Bugey. Le pilote sera présenté hors-compétition le 18 décembre. » Plus proche de nous (géographiquement en tout cas), le 20 janvier la médiathèque Léon-Alègre de Bagnols projettera les deux premiers épisodes.

« On a aussi un cinéma à Charlieu, près de Roanne, qui veut passer toute la série en une seule soirée », annonce le réalisateur, qui affirme « en attendre d’autres aussi. » Pour s’y retrouver, le réalisateur est en train de créer un site qui répertoriera toutes les séances programmées.

« Il y aura une suite à Witness »

Et Alexis Godin, s’il est bien occupé par la diffusion de Witness, est en train de monter sa propre boîte de production sur Lyon et a déjà d’autres projets en ligne de mire avec la même équipe, dont un prochain film d’horreur précédé d’un court métrage pour aider à lever des fonds, et ce dès 2016.

Pour ce long-métrage, le réalisateur a de grandes ambitions : « on veut le tourner en anglais pour essayer de l’envoyer au festival Sundance », véritable Mecque du cinéma indépendant. Et il le promet : « dans cinq ou six ans, il y aura une suite à Witness. » Pour avoir vu le pilote, on ne peut que l’espérer.

Retrouvez tous nos articles sur Witness ici.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

Culture

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio