Culture
Publié il y a 1 mois - Mise à jour le 16.12.2022 - Abdel Samari - 2 min  - vu 1318 fois

ÉDITORIAL Festival de Nîmes : décidément "the place to be"

Festival de Nîmes

Le public des arènes lors du Festival de Nîmes

- Anthony Maurin

Presque déjà 20 dates pour le Festival de Nîmes de l'été prochain alors que l'année 2023 n'a pas encore démarré.

Une nouvelle fois, la place nîmoise est au rendez-vous de la musique. Avec des artistes français, mais surtout internationaux. Difficile de savoir si les 160 000 spectateurs de 2022 seront à nouveau au rendez-vous, mais l'affiche est déjà alléchante : Louise Attaque, Michel Polnareff, Lomepal, Christophe Maé, Soprano ou encore Gims et Dadju. Un casting français complété, hier, par Matt Pokora, Jenifer, Florent Pagny ou encore Zazie. Les chanteurs et groupes internationaux seront là aussi. Slipknot fera son grand retour le 27 juin 2023. Sam Smith, Simply Red, Artic Monkeys, The Black Keys ou encore Gojira. Vous en voulez encore ? Il y en aura d'autres. Et c'est cela qui est fou ! Car pour attirer des artistes de ce standing, il faut une sacrée équipe de programmateurs derrière. En réalité, il y a surtout un magicien. Et un adjoint en charge des Festivités au rendez-vous ! L'homme de l'ombre s'appelle Stéphane Metayer, il est le directeur d'Adam Concerts. Depuis des années, il crée l'alchimie et parvient à proposer des étés dingues à Nîmes. Et chaque année, il relève le niveau. Cette capacité à l'efficacité est aussi rendue possible par un autre homme : Frédéric Pastor. L'élu nîmois a convaincu le maire de mettre les moyens sur la table pour attirer les plus grands. Ensuite, l'ingéniosité, c'est d'arriver à proposer la meilleure programmation pour vendre suffisamment de billets pour rentabiliser le festival. C'est le cas depuis des années maintenant. Et, à n'en pas douter, 2023 atteindra sa cible même si les dernières semaines ont, pour la première fois depuis la création de ce rendez-vous en 1997, inquiété tout le monde avec peu de dates validées. La concurrence des autres festivaliers aurait-elle joué ? Difficile de rivaliser avec Nîmes. The place to be !

Abdel Samari

Culture

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais