Publié il y a 1 mois - Mise à jour le 14.06.2024 - Thierry Allard - 5 min  - vu 111 fois

OCCITANIE Économie : en 2023, la croissance a mieux résisté qu’au niveau national

urn:newsml:dpa.com:20090101:240604-99-267602

La reprise du secteur aéronautique porte l'économie régionale

- dpa/picture-alliance via MaxPPP

L’Insee Occitanie présentait jeudi matin le bilan économique de l’année 2023 à l’échelle de notre région. Il en ressort que, si la croissance a fléchi, elle reste au-dessus de la moyenne nationale, grâce à l’industrie et au tourisme.

C’est peu dire que 2023 n’a pas été un grand cru pour la croissance européenne, avec seulement +0,6 % en zone euro, une croissance nulle en Allemagne et +0,9 % au niveau de la France. La faute à l’inflation : « Nous restons très exposés à des prix de l’énergie très élevés, même s’ils commencent à baisser, et l’inflation demeure élevée en 2023 », pose la directrice régionale de l’Insee, Caroline Jamet. Ainsi, l’inflation a été de 4,9 % en moyenne annuelle en 2023. Malgré tout, « le pouvoir d’achat des ménages augmente de 0,8 %, ce qui s’explique par le fait qu’un certain nombre de postes sont indexés sur l’inflation, comme le SMIC, les pensions de retraite et les prestations sociales », affirme la directrice régionale.

En région, le constat est le même, quoique moins marqué. Ainsi, l’évolution des heures rémunérées, qui est de +0,9 % au niveau national en 2023, est de +1,4 % en Occitanie. Si on regarde par département, les plus fortes progressions sont pour la Haute-Garonne et les Hautes-Pyrénées avec 2,6 % chacune. Le Gard pointe pour sa part à +0,9 %. « C’est essentiellement dans l’industrie que la progression est la plus forte, +3 %, alors qu’au niveau national cette hausse est de +0,4 % », pose Lionel Doisneau, responsable des études économiques à l’Insee Occitanie. L’industrie donc, « essentiellement l’industrie aéronautique, qui présente une intensification de sa reprise », rajoute-il. En 2023, on compte 5 000 emplois de plus dans cette filière, principalement implantée du côté de Toulouse, soit « un tiers des créations d’emplois salariés de l’ensemble de l’économie régionale en 2023 », précise Lionel Doisneau. Côté Gard, l’industrie progresse moins, à +1,1 %, et l’emploi industriel croît de 0,8 % en 2023, contre 2,2 % à l’échelle régionale.

En tout, l’économie régionale a créé 15 100 emplois salariés de plus en 2023, contre 35 000 en 2022. Le gros de ces emplois se retrouve dans les services non marchands, à savoir les administrations, l’enseignement, la santé ou encore l’action sociale, avec 9 100 emplois créés. Viennent ensuite les services marchands hors intérim, avec 7 300 emplois supplémentaires, une hausse toutefois « trois fois moins importante qu’en 2022 », tempère Lionel Doisneau. Le troisième poste est donc pour l’industrie, avec 5 000 emplois créés, plus que toutes les autres régions de France métropolitaine. En revanche, la construction perd 1 900 emplois dans la région en 2023, « la conséquence de la forte dégradation du marché immobilier, et la baisse en Occitanie est deux fois plus importante qu’au niveau national », commente-il. Quant à l’intérim, après avoir augmenté en 2021 et 2022, il souffre du ralentissement de l’activité dans de nombreux secteurs et perd 3 600 emplois en Occitanie en 2023.

Résultat : le chômage repart à la hausse en 2023 en Occitanie, avec +0,4 point, alors que nous restions « sur une baisse quasi continue depuis 2015, à l’exception de la crise covid », précise Lionel Doisneau. Le chômage concerne donc 8,5 % de la population active au 4e trimestre 2023 en Occitanie, contre 7,3 % au niveau national, ce qui fait de l’Occitanie « la deuxième région de France métropolitaine où le taux de chômage est le plus élevé après les Hauts de France », note l’analyste. Et tous les départements ne sont pas logés à la même enseigne : plus touchés que les autres par la crise immobilière, les départements du littoral souffrent : les Pyrénées-Orientales (+0,8 %), l’Aude (+0,6 %), l’Hérault (+0,5 %) et donc le Gard (+0,4 %), qui sont tous « parmi les départements de France où le chômage est le plus élevé », rajoute Lionel Doisneau. Mention spéciale aux P-O qui, avec 12,4 % de chômage, est le pire département de France métropolitaine sur ce plan.

Le tourisme en hausse, la construction en difficulté

Si l’industrie permet à l’Occitanie de limiter la casse en 2023, il en va de même du tourisme. Avec 55,2 millions de nuitées, notre région se classe en quatrième position au niveau national, après l’Île-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes et Nouvelle-Aquitaine, et ce chiffre augmente d’1,3 % en 2023. Autre chiffre à noter : le retour des touristes étrangers qui se confirme, avec une hausse de 8,5 %, qui compense largement la baisse des touristes français de 0,6 %. « C’est un retour à la normale », commente l’analyste, alors que la crise sanitaire et ses restrictions avait poussé les Français à partir en vacances en France.

De l’autre côté de la balance, la construction connaît de grandes difficultés en 2023. 31 200 logements ont été mis en chantier l’année dernière en Occitanie, c’est 23 % de moins sur un an, une baisse comparable à celle enregistrée au niveau national. Cette baisse « touche tous les départements à l’exception des Hautes-Pyrénées, et pour plus de la moitié la Haute-Garonne, avec -26 %, et l’Hérault, avec -19 % », précise Lionel Doisneau. Les maisons individuelles et les appartements neufs, en recul de 44 %, dévissent, à l’inverse des locaux non résidentiels, qui résistent avec une hausse d’1,9 % en 2023.

Autre pilier économique qui se porte mal : l’agriculture. « Après une sécheresse généralisée en 2022, les conditions de production ont été meilleures en 2023, mais le contexte économique a été plus difficile, avec une baisse de 4 % en moyenne des prix de vente, les marges se resserrent pour les agriculteurs », présente Lionel Doisneau. Dans ce marasme, la viticulture voit sa production reculer de 10 % à l’échelle régionale, la faute à la sécheresse ou au mildiou, c’est selon.

Sur les indicateurs plus globaux, on note un encours du crédit aux entreprises en hausse de 2,2 %, contre 7,4 % en 2022, mais surtout des crédits immobiliers pour les particuliers à la baisse, à 10,3 milliards d’euros, soit « -35 % par rapport à 2022, ce qui veut dire moins de logements financés et un montant moyen des prêts en recul », commente Lionel Doisneau. Des prêts consacrés à 74 % à l’achat dans l’ancien.

Quant à la démographie des entreprises, elle est stable cette année en Occitanie, avec 96 400 créations, « soit une entreprise créée toutes les cinq minutes », rajoute Lionel Doisneau. Par contre, le nombre de défaillances augmente de 41 % par rapport à 2022. « Il faut bien avoir en tête qu’il y a eu peu de défaillances pendant la crise sanitaire et en sortie de crise sanitaire car les mesures de soutien aux entreprises étaient importantes et ont donné un sursis à des entreprises qui auraient été en défaillance plus tôt », commente Caroline Jamet. Il s’agit donc d’un « mouvement de rattrapage », abonde Lionel Doisneau, qui précise que le niveau des défaillances reste « inférieur à celui de 2010 à 2019 ». Quant aux secteurs les plus touchés, sans surprise il s’agit de la construction, avec +45 % de défaillances sur un an et des activités immobilières, avec +67 % de défaillances en 2023.

De quoi faire dire à Lionel Doisneau que « les contrastes illustrent 2023 », entre l’aéronautique qui rit, et la construction qui pleure et « qui entraîne un fléchissement de la croissance. » C’est bien connu : quand le bâtiment va, tout va. L’inverse pourrait bien finir par se vérifier.

Thierry Allard

Economie

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio