Publié il y a 1 an - Mise à jour le 05.04.2023 - Corentin Migoule - 3 min  - vu 392 fois

VÉZÉNOBRES La Maison de la figue, témoin privilégié de l'attractivité touristique de l'Agglo

Vézénobres

Situé dans les soubassements du Château de Girard datant du XIVe siècle, la Maison de la figue est incontournable à Vézénobres.

- Corentin Migoule

Ce mercredi 5 avril au matin, la Maison de la figue de Vézénobres était le théâtre du lancement de la saison touristique d'Alès Agglomération. 

Si son champ de foire est actuellement en travaux avant de devenir un lieu intergénérationnel de 2,5 hectares entièrement dédié aux piétons, la cité médiévale de Vézénobres ne manque pas de cachet. Les participants au lancement de la saison touristique d'Alès Agglo ont pu s'en apercevoir ce mercredi matin depuis la grande terrasse ensoleillée du château où loge la Maison de la figue.

Un lieu que l'Agglo n'a eu aucun mal à choisir lorsqu'il s'est agi d'illustrer son attractivité touristique. Inaugurée en juillet 2019, si l'on en croit Christophe Rivenq, la structure n'a pas mis longtemps à devenir "un haut lieu du développement touristique culturel" qui illustre à merveille ce qu'est la marque territoriale "le Sud ingénieux". Et si, de l'aveu du président d'Alès Agglomération, le développement d'un tel projet relatif à la figue pouvait paraître "anachronique", "pour l’instant c’est un succès" assure Sébastien Ombras, maire de cette belle commune qui franchira bientôt le seuil des 2 000 habitants.

Lancement saison touristique
Les élus ont lancé la saison touristique de l'Agglo ce mardi 5 avril. • Corentin Migoule

La Maison de la figue aurait même connu une hausse du nombre de passages de l'ordre de 70% l'an dernier. À l'échelle du territoire, elle est une locomotive du tourisme qui, dans le Gard un peu plus qu'ailleurs, est essentiel à l'économie. "Avant Covid, le tourisme c’était 11% du PIB (produit intérieur brut, Ndlr) dans le département, contre 7% en France", a fait savoir le maire vézénobrien. 

Le président d'Alès Agglomération ne pouvait qu'abonder dans le même sens en brandissant quelques chiffres éloquents. "L’an dernier, plus de 4,2 millions de nuitées ont été enregistrées sur le territoire. Ça représente 200 millions d’euros", s'est-il réjoui. Colossal ! Mais pas au point de voir en Alès Agglo une terre où s'exerce un "tourisme de masse". "Notre territoire ne s'y prête pas. Mais on a la chance d’avoir des équipements répartis sur tout le territoire qui donnent accès à toutes les formes de tourisme", de sorte que l'attractivité touristique de l'Agglo "ne se limite pas à Anduze Mialet et Vézénobres", clame Christophe Rivenq.

Vézénobres
Jolie vue aérienne depuis la terrasse du château. • Corentin Migoule

Et ce dernier d'étayer : "Les études démontrent que les touristes qui font le choix de venir dans nos Cévennes le font parce qu’ils choisissent un tourisme éco-responsable. C’est un touriste qui veut découvrir, respecter et promouvoir un territoire qui vient chez nous". À ses côtés, Liliane Allemand, dont la présence se justifiait doublement puisque l'élue communautaire est à la fois déléguée aux Labels touristiques et à la Maison de la figue, se chargeait d'un rappel historique en faisant un bond dans le passé. 

"Vézénobres et la figue, c’est toute une histoire ! Depuis le Moyen-Âge jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, on retrouvait le séchage de la figue à la foire de la Saint-André le 30 novembre où on vendait 400 quintaux de figues sèches", a rappelé la régionale de l'étape, qui désignait le verger conservatoire en contrebas où 1 000 arbres et près d'une centaine de variétés croissent en toute quiétude.

Vézénobres
Situé dans les soubassements du Château de Girard datant du XIVe siècle, la Maison de la figue est incontournable à Vézénobres. • Corentin Migoule

Derrière elle, Simon Le Berre, viticulteur basé dans la commune voisine de Martignargues, s'affairait à embouteiller une cuvée "mi-figue mi-raisin" un peu spéciale, élaborée en partenariat avec Samuel Delafond, vigneron-négociant vézénobrien. Avec, dans les mains, plusieurs feuilles qui laissaient entrevoir un programme chargé, Liliane Allemand assurait la lecture des diverses animations connexes proposées par la Maison de la figue, dont les apéros vignerons tous les jeudis soirs de l'été.

Mais également les petits-déjeuners dans le verger le mercredi matin, la Figoulade du 15 août avec laquelle renoue la commune, ainsi que les incontournables "Jours de figue", mi-septembre, à l'occasion des journées européennes du patrimoine auxquels prendront part "des délégations d’Espagne, d'Algérie et du Maroc". Ce vendredi, Alès Agglo passera sans transition de la figue au "BIT", puisque sera inauguré le nouveau Bureau d'information touristique à Anduze en fin de matinée.

Corentin Migoule

Economie

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio