Publié il y a 1 an - Mise à jour le 11.05.2023 - Corentin Migoule - 3 min  - vu 916 fois

SAINT-CHRISTOL-LEZ-ALÈS Une délégation bolivienne accueillie pour trois semaines au lycée Prévert

Bolivie

Casquette à l'effigie de la commune vissée sur la tête, les élèves boliviens ont posé pour la photo avec les lycéens saint-christolens.

- Corentin Migoule

Ce jeudi 11 mai, une cérémonie d'accueil avait lieu dans l'enceinte du lycée Jacques-Prévert de Saint-Christol-lez-Alès en l'honneur de 17 élèves boliviens. Un échange qui intervient au titre de la section bilingue espagnole "Bachibac". 

Plus tôt que d'ordinaire puisqu'il ne s'agissait pas de l'heure du déjeuner, c'était l'effervescence ce jeudi matin dans le réfectoire du lycée Jacques-Prévert de Saint-Christol-lez-Alès. Peu après 9h30, une cérémonie d'accueil était organisée en l'honneur de 17 élèves boliviens arrivés il y a quelques jours en provenance de La Paz, lesquels séjourneront près d'Alès pendant trois semaines. 

Un séjour qui intervient dans le cadre d'un échange initié au titre de la section bilingue espagnole Bachibac ouverte depuis dix ans dans l'établissement saint-christolen. Et si les échanges avec l'Espagne et l'Angleterre étaient devenus courants, celui qui lie désormais le lycée Prévert au lycée franco-bolivien de La Paz est une grande première.

Bolivie
Casquette à l'effigie de la commune vissée sur la tête, les élèves boliviens ont posé pour la photo avec les lycéens saint-christolens. • Corentin Migoule

Il est en grande partie l'œuvre de Nathalie Bouscarat, professeur d’histoire-géographie, qui a saisi une occasion en or. "J'ai intercepté fin juin un mail du proviseur du lycée de La Paz désireux de monter un partenariat. C'est une période à laquelle peu de monde regarde sa boîte mail", sourit l'enseignante. Et d'ajouter : "Généralement, ce grand lycée préfère les échanges avec un lycée parisien. Ils avaient d'ailleurs un partenariat avec un lycée de la banlieue parisienne." Mais avec la pandémie, celui-ci s'est délité jusqu'à disparaître complètement.

Les lycéens de Jacques-Prévert en profitent donc. Et c'est avec un plaisir non-dissimulé qu'ils ont accueilli leurs homologues boliviens ce jeudi matin. Philippe Lamberte, proviseur du lycée Prévert, leur a naturellement souhaité "la bienvenue" dans un lycée "beaucoup plus grand" que le leur en Bolivie. "Vous allez voir, notre région est très belle !", a-t-il prévenu, en prenant soin de parler plus lentement que d'ordinaire pour être compris de tous. 

À ses côtés, Jean-Charles Bénézet en faisait de même. Maire de la deuxième commune d'Alès Agglo qui compte 7 500 habitants, l'édile saint-christolen ne s'est pas frotté au jeu de la comparaison avec la mégapole bolivienne. "C’est un véritable échange culturel de pouvoir confronter les approches d’un pays à l’autre. C’est beaucoup d’humilité aussi, car vous allez peut-être vous rendre compte qu'ils sont meilleurs que nous dans certains domaines et inversement", a fait valoir Jean-Charles Bénézet, qui a aussi vanté la beauté du Pont du Gard que les Boliviens découvriront bientôt. 

Des échanges amorcés sur les réseaux sociaux

Avant de recevoir quelques regalos (cadeaux) offerts par la région Occitanie et la commune hôte, les élèves boliviens, ravis par l'accueil "chaleureux" qui leur a été réservé, ont tenu à dire quelques mots de remerciement. Dans un français impeccable, Vicente et Laëtitia, scolarisés en Première à La Paz, s'y sont collés. Avant d'être chaudement applaudis par l'auditoire. 

La fierté se lisait sans mal dans les yeux de Nathalie Bouscarat, laquelle voit se concrétiser un projet de longue haleine. "L'objectif de cet échange, c'est que les élèves partagent le quotidien d'une famille française. Donc chaque élève français accueille un correspondant bolivien pendant trois semaines", précise l'enseignante Bachibac. Par manque de place dans les familles, 13 élèves boliviens ont été accueillis dans le même temps au lycée Aubanel d'Avignon, sept autres à Bergerac en Dordogne.

"Ce qui est intéressant, c'est que les Boliviens parlent un espagnol très compréhensible", analyse la professeur d'histoire-géographie, qui se réjouit des différents échanges entretenus par les élèves en amont via réseaux sociaux depuis que les correspondances ont été attribuées. Dans quelques mois, les adolescents sud-américains rendront la pareille aux élèves saint-christolens qui découvriront la Bolivie.

La solidarité s'organise

Montpellier-Paris, Paris-Lima, Lima-La Paz, soit 37 heures de vol au total avec une interminable escale de 18 heures sont au programme. Ce qui ne refroidit pas les ardeurs des élèves, plus que jamais stimulés par ce voyage initiatique. "On fera ça en octobre à cheval sur les vacances de la Toussaint afin que ça n'affecte pas trop les enseignements classiques", prévient Nathalie Bouscarat, qui a pensé à tout. 

Car les élèves actuellement scolarisés en Terminale, qui ne seront par conséquent plus au lycée à la rentrée prochaine, profiteront tout de même du programme. "Pour eux, on a organisé un voyage cet été. Ils partiront trois semaines de manière autonome car ils seront majeurs et ne seront plus sous la responsabilité de l'établissement", annonce l'enseignante aux manettes de l'échange à l'international. 

Quant au volet financier, lequel a constitué la pierre d'achoppement du projet, il ne sera bientôt plus un frein. "Le billet d'avion est très cher (1 500€, Ndlr). Mais on voulait qu'aucun élève ne soit privé de ce voyage pour des raisons financières. On a donc fait appel à des sponsors", raconte la professeur. Aussi, le Moulin cévenol, boulangerie alésienne, a gracieusement fourni des brioches en grande quantité afin que celles-ci soient vendues le 15 avril dernier lors de la journée portes ouvertes. Fabuleux ! 

Corentin Migoule

Éducation

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio