Environnement
Publié il y a 8 mois - Mise à jour le 25.03.2022 - marie-meunier - 2 min  - vu 223 fois

SAINT-PONS-LA-CALM Abîmé par l'activité humaine, le lit de la Tave en partie restauré

ABCèze a profité de la réception des travaux de restauration de la Tave pour présenter sa maquette ultra réaliste simulant les différents effets des crues. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Au total, 292 356€ TTC ont été dépensés pour mener les travaux de terrassement et de végétalisation sur 800m linéaires de la Tave. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Au cours des 50 dernières décennies, la Tave a subi de lourdes actions humaines : curages, endiguements, enrochements... Cela n'est pas sans conséquence sur le cours d'eau aujourd'hui. Le syndicat mixte ABCèze a mené des travaux pour lui redonner son allure d'autrefois.

"Vous savez comme moi que ces projets sont longs à sortir de terre, qu'il y a beaucoup d'études. On est heureux quand on arrive enfin à la réalisation", introduit Benoit Trichot, président d'ABCèze. Ce mercredi, il était à Saint-Pons-la-Calm pour présenter les travaux de restauration du lit de la Tave effectués sur 800 mètres linéaires. Les premières études de ce projet remontent à 2015. Il a fallu ensuite acquérir à l'amiable une dizaine d'hectares avant de commencer le terrassement fin 2021. Début 2022, tout a été végétalisé avec la plantation d'un peu moins de 20 000 branches saules.

Au cours des 50 dernières décennies, la Tave a été détériorée par l'activité humaine. Aujourd'hui, les conséquences se font sentir sur la biodiversité, la qualité et la rapidité d'écoulement du cours d'eau. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Les travaux ont coûté 292 356€ TTC, financés à 70% par l'Agence de l'eau et 10% par la Région, pour un reste à charge de 20% pour ABCèze. "C'est un projet un peu exemplaire sur le financement, qui porte à la fois sur l'aspect environnemental et sur la sécurité des populations humaines", poursuit Benoit Trichot. Le cours d'eau va être "reméandré" et l'aménagement va permettre de baisser le risque de débordement en cas de crue. "Tous ces merlons, ces digues accéléraient l'écoulement des eaux. Le fait est qu'en cas de crue, cela se retrouve plus vite sur Tresques", donne pour exemple le président d'ABCèze.

Benoît Trichot, président d'ABCèze, et Monique Novaretti, conseillère régionale, étaient présents pour la réception de ces travaux au côté des habitants, des élus, des entreprises et des acteurs qui ont pris part à ce projet. (Marie Meunier / Objectif Gard)

À cause des anciens travaux, la rivière se retrouve avec un lit surdimensionné et peu diversifié, une qualité de l'eau dégradée et des pics de crue plus intenses en aval. L'objectif du chantier a été de restaurer localement la morphologie du lit de la Tave pour restaurer un fonctionnement plus naturel de la rivière. L'ancienne digue de terre irrégulière a été arasée, les berges enherbées et 950 mètres cubes d'enrochement ont été enlevés. "L'idée, c'est de laisser la place à la rivière pour se rééquilibrer", résume Anthony Laurent, chargé de mission au syndicat mixte. Et Monique Novaretti, conseillère régionale de conclure : "Aujourd'hui, 54% des masses d'eau en Occitanie ne sont pas en bon état écologique. Cette dégradation remet en cause le bon fonctionnement des milieux aquatiques et leur pérennité pour les générations futures."

Marie Meunier

Marie Meunier

Environnement

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais