Publié il y a 1 mois - Mise à jour le 18.05.2024 - Anthony Maurin - 4 min  - vu 322 fois

NÎMES EN FERIA Marco Polope s’offre le trophée Nimeño II

Novillada sans picadors de Raphaël Chaubet pour Marco Polope, Victor,  Alejandro Gonzalez et Valentin (Photo Anthony Maurin)

Marco Polope remporte le trophée Nimeño II (Photo Anthony Maurin)

Novillada sans picadors de quatre erales de Raphaël Chaubet pour Marco Polope (oreille) Victor (oreille) Alejandro González (applaudissements) Valentin (oreille). Marco Polope remporte le trophée Nimeño II et aura accès à une semaine de stage intensif à Salamanque.

Novillada sans picadors de Raphaël Chaubet pour Marco Polope, Victor,  Alejandro Gonzalez et Valentin (Photo Anthony Maurin)
Marco Polope remporte le trophée Nimeño II (Photo Anthony Maurin)

L’entrée était gratuite, un samedi matin en pleine feria, autant dire que le moment était important pour les jeunes aussi bien que pour le ganadero qui jouaient gros durant cette matinée. Et le ganadero a envoyé du lourd, idéal pour les arènes de Nîmes et une matinée en sans picadors.

Novillada sans picadors de Raphaël Chaubet pour Marco Polope, Victor,  Alejandro Gonzalez et Valentin (Photo Anthony Maurin)
Le premier et excellent exemplaire envoyé par Raphaël Chaubet fut aussi honoré d'une vuelta à titre posthume (Photo Anthony Maurin)

Un bétail noble avec une certaine notion de la classe. Des erales plus qu’intéressants de comportement, sans excès de poids ou de cornes, des adversaires réellement en adéquation avec la course. Un grand lot de quatre envoyés par Raphaël Chaubet pour le plus grand bonheur des étagères et des apprentis toreros.

Novillada sans picadors de Raphaël Chaubet pour Marco Polope, Victor,  Alejandro Gonzalez et Valentin (Photo Anthony Maurin)CV4P6038
Marco Polope à gauche et au naturel (Photo Anthony Maurin)

Marco Polope vient de l’école taurine de Valencia et il est le plus ancien dans la catégorie. Avec lui il fallait s’attendre à un apprenti torero qui a déjà quelques belles notions et qui peut ouvrir ce cartel. On ne s’est pas trompé car c’est lui qui, certes avec le meilleur eral du lot, s’est montré sous son plus beau jour. Face à son excellent opposant qui répond au toque comme un festaïre à « qui veut une tournée ? », Marco Polope ne s’est pas laissé avoir par la facilité. Le torero a vite compris que son opposant allait d’ailleurs lui permettre de couper ou en tout cas d’en avoir la possibilité. Duel novilleril de haute tenue, une belle et vraie oreille, une vuelta al ruedo à titre posthume pour l’excellent Chaubet qui embarque avec lui le ganadero pour saluer les tendidos en compagnie du piéton lors de sa vuelta.

Novillada sans picadors de Raphaël Chaubet pour Marco Polope, Victor,  Alejandro Gonzalez et Valentin (Photo Anthony Maurin)CV4P6038
La verticalité de Victor (Photo Anthony Maurin)

De l’école taurine arlésienne mais fortement implanté aux Saintes-Maries-de-la-Mer, Victor se présente lui aussi à Nîmes après un passage remarqué à Bellegarde et un trou noir à Valencia. Face à un nouveau Chaubet bien présenté et à l’excellent jeu, le Saintois torée dans la verticalité, dans la profondeur du geste, dans la solennité. Les gradins trouvent ça tantôt froid tantôt trop propre mais l’aficion pousse derrière le régional de l’étape. Victor attaque les genoux vissés en terre et attendra peu de temps pour se faire prendre, sans risques, par l’eral sans vices. Dans la facilité, Victor se laisse avoir une seconde fois par son adversaire qui le corrige encore sans gravité. Rappel à l’ordre pour Victor qui avait jusqu’ici toréé de belle manière, comme on a l’habitude de le voir. Une dernière série, comme son précédent compañero, de luquesinas et l’affaire est entendue. Eral applaudit à l’arrastre, Victor coupe une oreille après une ultime série de manoletinas.

Novillada sans picadors de Raphaël Chaubet pour Marco Polope, Victor,  Alejandro Gonzalez et Valentin (Photo Anthony Maurin)CV4P6038
L'adversaire d'Alejandro Gonzalez faisait bien l'avion (Photo Anthony Maurin)

Alejandro González vient quant à lui d’Albacete et n’attendra pas bien longtemps pour se faire prendre par la pupille du fer de Chaubet. On l’avait vu un peu court sur un quite, maintenant qu’il est en piste sa verdeur rejaillit. C’est normal, on est là pour ça en novillada sans picadors ! En tout cas le jeune fait montre d’une envie à toute épreuve et c’est une des qualités qu’il faut dans le milieu ainsi que dans la catégorie. Les erreurs de placement lui coûtent cher mais son engagement reste total, c’est rassurant. Il torée un peu plus au large, prend un peu moins de risque, Gonzalez est suivi par le public jusqu’à ce qu’il se fasse prendre une nouvelle fois. Faena exclusivement droitière. A l’inverse d’un Victor au toreo posé, Gonzalez veut aller partout, tenter tout mais son manque de savoir et de technique l’empêchent de s’imposer en plus d’un échec au descabello. Applaudissements.

Novillada sans picadors de Raphaël Chaubet pour Marco Polope, Victor,  Alejandro Gonzalez et Valentin (Photo Anthony Maurin)CV4P6038
Valentin à la hauteur de l'engagement novilleril dans une arène de première catégorie en pleine feria (Photo Anthony Maurin).

Pour Nîmes, c’est Valentin qui fait le paseo. L’élève du Centre Français de tauromachie est dans une bonne période et, après un hiver de travail rigoureux, ses premiers paseos se passent bien à l’image de son excellente prestation au cœur de la feria des Fallas à Valencia avec quelques compañeros du jour. Pour son retour en piste, sur sa piste, dans ses arènes, le Nîmois du Centre Français de Tauromachie qui a remporté l’année dernière ce même trophée Nimeño II, Valentin opte pour…Un porta gayola ! Encore les genoux au sol, face au toril et quand l’eral de Chaubet déboule, le novillero reste serein mais voit le drame arriver. L’adversaire change légèrement sa course et bondit sur l’épaule du jeune qui se relève avec une belle frayeur, ça ne sera pas la dernière ! Valentin sait que les tendidos sont de son côté, il entame un duel juste et sérieux, sans fausse notes. Encore d’une belle noblesse, l’eral est un peu plus faible des antérieurs que ses congénères mais rien d’handicapant pour le Nîmois qui torée par le haut avant de repartir à la faute. En resserrant les distances il se fera prendre violemment par le bicho qui suspend son entrejambe sur sa corne droite. Le piéton se relève encore une fois et retourne au feu, les gradins, tremblotants, valident. Dernière cogida pour Valentin alors que le soleil inonde la piste. Touché par cette ultime voltereta, Valentin est marqué. Oreille.

Anthony Maurin

Gard en Feria

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio